Revue internationale de référence en formation des adultes fondée en 1969.

N° HS 2013 AFPA

2013 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle

12,00 

Denis CRISTOL

Qu’est-ce que le social learning ?

L’auteur expose pourquoi les conditions d’existence de l’humanité transforment les besoins d’apprendre. Il explore ensuite les organisations qui influencent les collaborateurs dans leurs rapports aux savoirs. Il s’intéresse enfin aux individus et à leur façon d’apprendre. La conjonction des trois familles de phénomènes atteste d’une transformation radicale des rapports aux savoirs. Dans la seconde partie, le texte met en évidence trois courants de recherche qui pourraient constituer les fondements du social learning, une notion en devenir. Sont évoqués les apprentissages collaboratifs, les apprentissages informels et les apprentissages à l’aide de technologies numériques.

 

Jean FRAYSSINHES

Cyberespace, cyberculture, cyberapprentissage : quels impacts sur nos modes de vie ?

Les technologies numériques de communication appartiennent désormais à notre ordinaire, et nous sommes tous devenus des « pronétaires1 », actifs ou potentiels. Avec la banalisation universelle des pratiques communicationnelles sur les réseaux numériques, le cyberespace tend progressivement à devenir un territoire, faisant partie d’un patrimoine commun à l’humanité, en introduisant le concept de cyberculture. Ce renversement copernicien a révolutionné l’économie mondiale par sa simplicité, sa rapidité d’accès, son immédiateté, contribuant ainsi à la mondialisation du commerce, des ressources, de la gestion et et de la gouvernance des entreprises, voire des Etats. L’auteur passe en revue les changements opérés par le cyberespace sur nos façons de vivre.

 

Hélène BEZILLELESQUOY, Véronique FORTUNCARILLAT

Les usages du numérique en formation et le décloisonnement des formes d’apprentissage

La recherche à laquelle se réfère cet article porte sur une expérimentation menée dans le cadre de formations professionnelles continues d’enseignants. La recherche conduit à proposer une typologie des usages du numérique pour apprendre et se former. Elle montre comment le numérique rend possible (ou non) des synergies entre différentes formes (situations présentielles et distantes) et différents lieux d’apprentissage, plus ou moins organisés par les dispositifs et les institutions. Au-delà de ce contexte, ces résultats ouvrent des pistes de réflexion et d’expérimentation pour tout un ensemble de professionnels de la formation, et pour les organismes de formation eux-mêmes.

 

Pascale BRANDT-POMARES

Le rôle des outils informatisés dans l’activité de formation

Dans un contexte où les incitations à utiliser les TIC sont nombreuses, la décision d’y recourir incombe en définitive à celles ou ceux qui ont en charge la responsabilité de la formation. Or toutes les études aboutissent à des résultats mitigés quant à leur efficacité dans les processus d’enseignement-apprentissage. Cet article se propose d’éclairer le rôle des outils numériques en tant que médiateurs dans les situations d’activité instrumentée. Le développement de l’usage du vidéoprojecteur et l’appropriation d’autres outils numériques sont analysés à la lumière des théories de l’activité et de la genèse instrumentale.

 

Christine POPLIMONT

Dispositifs de formation à distance : interactions et régulations

Liée à l’essor du numérique, la mondialisation recycle notre rapport au temps et à l’espace. Le fonctionnement du réseau Internet, collaboratif et interactif, en fournit une illustration précise et entraîne la recomposition du système de formation traditionnel. Dans ce dernier, l’interaction est un processus dynamique d’échange et de régulation entre des individus insérés dans des contextes singuliers. L’apprenant devient alors « sujet s’autoformant », et le formateur n’est qu’un des éléments du système, garant des contenus et régulateur du cadre. La conception et la mise en œuvre de dispositifs de formation à distance par les TIVCE, asynchrones et déterritorialisés, posent un certain nombre de questions méthodologiques et conceptuelles. Les interactions y sont réduites ; le formateur doit à la fois transmettre et concevoir la relation entre l’apprenant et la machine, lequel peut rester ou sortir du cadre prévu. Les moments de régulation et d’autorégulation deviennent décisifs.

 

Gilbert RENAUD, Paul OLRY

Le formateur et le numérique : conditions d’une rencontre

Quel est l’impact du numérique sur les conditions d’élaboration des apprentissages ? Cet article pointe les éléments de convergence ou de divergence entre les situations d’enseignement et les conditions d’usage du numérique dans les organismes de formation. Il rappelle que le numérique est aussi accompagné d’une pression sur les rythmes de travail des formateurs, et que les conditions de sa mise en œuvre, à défaut d’être réunies, engendrent parfois un scepticisme légitime. La diffusion du numérique tend à oublier la finalité de l’apprentissage, les difficultés d’une appropriation instrumentale, et s’opère le plus souvent par des injonctions fondées sur la croyance en ses vertus. L’article évoque en conclusion les conditions d’une rencontre au bénéfice des individus, de leurs apprentissages et des pratiques des formateurs.

 

Capucine BRÉMOND

Conditions de l’engagement de formateur et de l’apprenant en formation à distance

La barrière virtuelle que favorise l’usage des nouvelles technologies, tout en coupant les individus d’un contact physique, peut créer une proximité d’une autre nature, libérant pour certains la possibilité d’expression. C’est sur la base de ce postulat que l’auteure a remanié les modalités d’apprentissage d’un module de FOAD qui, au fil des années, avait fini par décourager les apprenants et leur formateur. L’objectif était de faciliter les échanges, aussi bien entre pairs qu’entre pairs et tuteur. Ce dernier doit croire en l’atout de ces outils, et les investir sans les percevoir comme une entrave à la qualité de la communication, ni même comme un « ajout » à des modalités plus traditionnelles. L’article rend compte du dispositif mis en place à l’issue de trois années d’expérimentation et d’ajustements.

 

Cathia PAPI, Florian DAUPHIN

La formation à distance : une voie vers la professionnalisation ?

Dans un contexte de professionnalisation accrue des cursus universitaires, l’article interroge le rôle de la formation ouverte et à distance (FOAD) dans la professionnalisation des acteurs de la formation. Une enquête sur une licence professionnelle à distance fait ressortir que le couplage entre la dimension professionnelle du cursus et celle numérique du dispositif est propice à la professionnalisation non seulement des apprenants mais également des formateurs.

 

Carmen COMPTE, Catherine ARNAUD

Apprendre autrement pour un public nouveau : l’apport du numérique

Le développement du numérique a « boosté » la recherche et les échanges, transformant ainsi notre système économique et sociétal. Cette accélération a donné naissance aux notions de « société du savoir » et « d’apprentissage tout au long de la vie », et suppose des reprises d’études et des réorientations urgentes. Face à la demande d’un public nouveau, l’université réinterroge le système de transmission des savoirs tout en se gardant des effets de mode. La recherche menée sur un diplôme professionnel a permis d’avancer dans la connaissance de ce public, de ses réactions face à l’opportunité offerte par le numérique de découvrir de nouvelles méthodes d’apprentissage qui, par des interactivités et des scénarisations, engagent les apprenants dans la recherche de sens.

 

Jean VANDERSPELDEN

Le numérique ou la rencontre durable de plus en plus improbable entre l’apprenant et ses formateurs

La multiplication des usages des écrans marque la place envahissante du numérique dans toutes les sphères des activités personnelles, sociales ou professionnelles. Le numérique crée de la porosité, pour le meilleur et pour le pire ! Dans ce contexte mouvant, l’auteur éclaire les nouvelles tensions, tout au long de la vie, entre les apprentissages formels – et de plus en plus souvent informels – et leurs conséquences. Appliquées à la formation professionnelle, il propose plusieurs angles de vision complémentaires (de l’Europe à l’apprenant, en passant par les entreprises et les organismes de formation), pour illustrer le rôle-clé que les tuteurs et les formateurs vont assumer dans des actions de formation où l’apprenant sera distant. Ces actions seront immanquablement ouvertes, pour s’adapter aux nouvelles contraintes, opportunités et invitations « à apprendre » que la société numérique, dite de la connaissance, offre, ou devrait offrir, à tous.

 

Caroline LE BOUCHER, Jérôme ENEAU

Les réseaux d’échanges réciproques de savoirs à l’heure du numérique

Dans un contexte de multiplication des offres d’apprentissage en réseaux, à distance ou hybrides, l’article pose la question des similarités et des tensions possibles entre les réseaux d’échanges réciproques de savoirs et des dispositifs numériques de coformation. Il montre que le numérique peut être une source, non exclusive, de reconfiguration de ces dispositifs, même lorsqu’ils sont porteurs de valeurs spécifiques comme celles issues de l’éducation populaire ou de l’éducation permanente.

 

Jean-Baptiste LE CORF

L’industrialisation des services aux entreprises dans les secteurs des TIC

L’article porte sur les stratégies mises en œuvre par les prestataires de services aux pme dans les secteurs du numérique (web, jeux vidéo, art numérique, image en mouvement, multimédia, etc), confrontés à une double exigence : répondre aux attentes singulières de chaque pme et assurer la prise en charge d’un plus grand nombre d’entreprises malgré leurs spécificités socio-économiques, c’est-à-dire offrir un service à la fois sur mesure et de masse. Le propos s’appuie sur les résultats de douze entretiens auprès d’un échantillon d’experts-formateurs-prestataires de services aux pme de divers secteurs des TIC.

 

Pascal PLANTARD

La FRACTURE numérique : mythe ou réalité ?

Cet article fait le point sur la notion de fracture numérique qu’il met en perspective face aux idéologies et aux inégalités sociales et territoriales. Il redéfinit ensuite le concept d’usage et sa construction, afin de permettre aux formateurs de comprendre comment les cultures numériques modifient le rapport au savoir et les processus d’apprentissage. Il propose enfin des axes pour construire de nouveaux modèles de formation professionnelle hybride.

 

Mireille ANDRIBET

Le blended learning, un levier de progrès dans l’acquisition           d’une posture professionnelle

L’article analyse le vécu d’un groupe de stagiaires ayant suivi une formation ouverte et à distance (FOAD). Il s’intéresse aux effets produits par le blended learning sur les apprentissages et les postures professionnelles. Dix-huit mois après leur sortie de formation, l’auteure a recueilli les avis des stagiaires sur : l’utilisation de l’informatique ; l’autoformation ; les sous-groupes et le grand groupe ; l’accompagnement par la formatrice ; le travail réflexif.

 

Joëlle ARNODO, Frédéric HAEUW

La société numérique : un contexte propice au renouvellement des pratiques de lutte contre l’illettrisme

Pour les plus de trois millions de personnes en situation d’illettrisme en France, l’avènement de la société numérique et des transformations qu’elle engendre, dans les sphères tant professionnelles que sociales, est porteuse de nouveaux risques d’exclusion. Mais les technologies sont aussi une chance pour penser autrement les processus éducatifs et produire des systèmes de formation mieux adaptés aux spécificités cognitives et sociales des publics concernés. L’article rend compte de ces phénomènes et apporte une vision synthétique de la manière, très nuancée, dont les acteurs de la formation d’adultes mobilisent les technologies auprès des personnes ne maîtrisant pas les compétences de base. A partir d’une analyse des changements introduits dans les organisations par le numérique et par la mise en œuvre des dispositifs d’accès aux compétences-clés, il alimente la réflexion sur la professionnalisation des acteurs, celle des formateurs en particulier.

 

Mickaël LE MENTEC

Capacités d’agir des disqualifiés sociaux dans les espaces publics numériques

Les espaces publics numériques (EPN) ont été créés à la fin des années 1990 pour réduire les inégalités d’accès aux technologies. Aujourd’hui, certaines personnes en situation de disqualification sociale s’approprient ces lieux pour développer des pratiques et des usages numériques inclusifs qui sont plus en lien avec leur projet de requalification professionnelle. Ils cherchent à tirer profit des ressources disponibles pour rechercher du travail de façon autonome, sans être assistés par les institutions d’aide au retour à l’emploi.

 

Georges MICHEL

Du mésusage de certains environnements informatiques pour l’apprentissage humain

De nombreux environnements informatiques pour l’apprentissage humain (EIAH) sont conçus mais ne sont pas utilisés. L’article propose une réflexion centrée sur la conception d’EIAH et en s’appuyant sur deux expériences. Il fait l’hypothèse que l’utilité, l’utilisabilité et l’acceptabilité ne sont pas suffisamment pris en compte au moment de la conception. Il fait aussi l’hypothèse du lien avec deux phases de préconception souvent négligées : la phase d’analyse des situations d’apprentissage indispensable pour identifier ce qui est au cœur de la compétence à acquérir ; les obstacles et les étapes de construction de la compétence.

RECHERCHER

un numéro, un thème, un auteur

Nos autres numéros

2023-4
L’espace comme condition de l’expérience

21,50 23,00 

2023-3
Questions en revue : apprentissage, expérience, alternance

21,50 23,00 

2023-1/2
Les métiers de la formation à l’épreuve du travail

29,90 34,00 

2022-4
Formation, coopération, émancipation. Expériences en économie sociale et solidaire

21,50 23,00 

2022-3
La formation aux marges de l’emploi

21,50 23,00 

2022-2
Métiers de la formation : quelle professionnalisation ?

21,50 23,00 

2022-1
Aller sur le terrain

21,50 23,00 

2021-4
Analyse institutionnelle et formation

21,50 23,00 

2021-3
Didactique professionnelle et didactiques des disciplines. Filiations et ruptures

21,50 23,00 

2021-2
L’AFEST : cadrages et débordements

21,50 23,00 

2021-1
Questions en revue : travail, numérique, accompagnement

21,50 23,00 

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

2020 HS
L’apprentissage dans le BTP : l’innovation en mouvement

12,00 

2020-3
Formation et prévention des risques au travail

21,50 23,00 

2020-2
L’introuvable qualité en formation

21,50 23,00 

2020-3
Narration du vécu et savoirs expérientiels

20,00 

2019-4
Former demain. N° double 50e anniversaire

18,00 

2019 HS AFPA
Partir des compétences transversales pour lire autrement le travail

12,00 

2019 HS
L’apprentissage dans le BTP : de l’expertise à l’innovation

12,00 

2019-3
Le numérique : une illusion pédagogique ?

21,50 23,00 

2019-1
Quelle reconnaissance des compétences transversales ?

18,00 

2018-4
Rythmes et temporalités en formation

18,00 

2018 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle : rupture ou continuité ?

12,00 

2018 HS
L’apprentissage dans le BTP : une expertise en action

12,00 

2018-3
Apprendre et se former en situation de travail

18,00 

2018-2
Autoformation et société de l’accélération

15,00 

2018-1
Actualité de l’intervention

15,00 

2017-4
Politiques de l’emploi et formation

15,00 

2017 HS AFPA
Analyses du travail et intentions formatives

12,00 

2017-3
Les dynamiques identitaires à l’épreuve des transitions

15,00 

2017-2
Voyage, mobilité et formation de soi

15,00 

2017-1
Commencements et recommencements

15,00 

2016-4
Transmettre

14,00 

2016 HS AFPA
Évaluer et certifier en formation professionnelle

12,00 

2016-3
Apprendre à évaluer

14,00 

2016-2
Autour de l’apprenance

14,00 

2016-1
Le tutorat. Quelles pratiques pour quels enjeux ?

14,00 

2015-4
Accompagnement, réciprocité et agir collectif

14,00 

2015 HS AFPA
Quelles pratiques pédagogiques dans l’accompagnement des publics peu qualifiés ?

12,00 

2015-3
Conception et activité du formateur

14,00 

2015-2
Penser la pédagogie en formation d’adultes

14,00 

2015-1
Travail et créativité

14,00 

2014-4
Éducation permanente et utopie éducative

10,00 

2014 HS AFPA
Les synergies travail-formation

12,00 

2014-3
S’étonner pour apprendre

14,00 

2014-2
Éducation non formelle

12,00 

2014-1
Formation expérientielle et intelligence en action (Construire l’expérience 3)

12,00 

2013-4
Travail et développement professionnel (Construire l’expérience 2)

12,00 

2013 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle

12,00 

2013-3
Réflexivité et pratique professionnelle (Construire l’expérience 1)

12,00 

2013-2
Apprendre du malade

12,00 

2013-1
La formation et le théâtre

12,00 

2012-4
L’alternance : du discours à l’épreuve

10,00 

2012 HS AFPA
Les transitions professionnelles en questions

12,00 

2012-3
Les 20 ans du bilan de compétences

10,00 

2012-2
Les seniors et la formation

10,00 

2012-1
L’alternance, au-delà du discours

10,00 

2011-4
La médiation sociale

10,00 

2011 HS AFPA
RSE et formation

10,00 

2011-3
Formation et professionnalisation

10,00 

2011-2
L’exigence de responsabilité en formation des adultes

10,00 

2011-1
Rencontres interculturelles et formation

10,00 

2010-4
Développement des territoires et formation (2)

10,00 

2010-3
Développement des territoires et formation (1)

10,00 

2010-2
Former avec les environnements

10,00 

2010-1
Formation et innovation dans les petites entreprises

10,00 

2009-4
La construction des parcours professionnels

10,00 

2009-3
L’éducation permanente, un projet d’avenir (Spécial 40e anniversaire)

10,00 

2009-2
Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ?

10,00 

2009-1
Peut-on former à la fonction d’encadrement ?

10,00 

2008-4
La formation et la recherche

10,00 

2008-3
Peut-on apprendre à anticiper ?

10,00 

2008-2
La question éthique

10,00 

2008-1
Travail et formation. Quelques pratiques en émergence

10,00 

2007-4
L’alternance, pour des apprentissages situés (2)

10,00 

2007-3
L’alternance, pour des apprentissages situés (1)

10,00 

2007-2
Orientation et développement des métiers

10,00 

2007-1
Intervention et savoirs. La pensée au travail

10,00 

2006-4
Pédagogie et numérique. Contradictions ? Convergences ?

8,00 

2006-3
L’autoformation : actualités et perspectives

8,00 

2006-2
Communiquer

8,00 

2006-1
Analyses du travail et formation (2)

8,00 

2005-4
Analyses du travail et formation (1)

8,00 

2005-3
Que sont les formateurs devenus ?

8,00 

2005-2
L’alternance, une alternative éducative ?

8,00 

2005-1
La (re)présentation de soi

8,00 

2004-4
L’analyse des pratiques (2)

8,00 

2004-3
L’analyse des pratiques (1)

8,00 

2004-2
Les acquis de l’expérience (2)

8,00 

2004-1
Les acquis de l’expérience (1)

8,00 

2003-4

Où en est l’ingénierie de formation ?

8,00 

2003-3

Les “inemployables”

8,00 

2003-2

Représentations sociales et formation

8,00 

2003-1

La formation syndicale

8,00 

2002-4

L’accompagnement dans tous ses états

8,00 

2002-3

Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation

8,00 

2002-2

Apprendre des autres

8,00 

2002-1

Trajectoires professionnelles. Reconnaissance de l’expérience

8,00 

2001-4

La formation permanente entre travail et citoyenneté

8,00 

2001-3

Pour une écoformation. Former à et par l’environnement

10,00