Revue internationale de référence en formation des adultes fondée en 1969.

N°225

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

Hugues PENTECOUTEAU

L’utilité sociale des sciences humaines et sociales, ou comment chercher ensemble ?

Cet article porte sur la place du chercheur en sciences humaines et sociales dans la société, et plus particulièrement sur son rôle et sur sa responsabilité en tant qu’acteur rendant compte et analysant des représentations et des pratiques observées. Dans un contexte où l’invitation à travailler avec des non-chercheurs est de plus en plus présente, on peut se demander comment procéder pour chercher ensemble. Le point de vue développé dans cet article a comme point de départ une réflexion personnelle et un cheminement croisant de manière critique l’approche clinique en éducation, l’interventionnisme sociologique et la recherche-action expérientielle. Dans cette lecture, la notion de recherche communautaire est présentée comme étant fédératrice rapprochant des logiques méthodologiques différentes, ainsi que les cadres théoriques qui les orientent.

 

Virginie MESSINA, Geneviève LAMEUL, Yann ROULLAIS, Pauline LORCY

Coopération et enquête collective. Quelle recherche coopérative pour accompagner l’innovation pédagogique dans l’enseignement supérieur ? 

A partir d’une expérimentation de coopération dans le projet DESIR (Développement d’un enseignement supérieur innovant à Rennes, 2017-2020), cet article cherche à montrer comment peut se vivre la conversion anthropologique à laquelle invitent les auteurs du texte introductif de ce dossier, conduisant le chercheur à travailler « avec » tous les acteurs, quel que soit leur statut respectif. Après avoir questionné le contexte et les enjeux de ce projet et précisé les notions et concepts aux fondements de la démarche étudiée (enquête, ingénierie coopérative), le texte s’attache à rendre compte de la manière dont ingénieurs pédagogiques et chercheures se rencontrent autour de la problématique de l’accompagnement des transformations pédagogiques dans l’enseignement supérieur. En appui sur les travaux d’Éloi, les auteurs postulent qu’aucune coopération ne peut s’exercer ni vivre sans institutions qui puissent en accueillir les pratiques effectives. L’article aborde la question de ce que les auteurs nomment des institutions de coopération en situation de recherche coopérative à partir de la notion d’enquête collective, en s’appuyant sur un exemple de mise en œuvre d’un carnet de bord, outil de coopération pour l’ingénierie et la recherche, et exemple emblématique révélateur des enjeux d’une telle méthodologie.

 

Ségolène LE MOUILLOUR, Jacques LEGAL

Des espaces géopolitiques en tension. D’une recherche « sur » à une recherche « en action »

Tout au long de cet article, les chercheurs se sont efforcés de décrire les différentes étapes d’une étude engagée auprès de deux populations : les directeurs de collège ou de lycée, et les personnels chargés d’accompagner ces managers. Tous ces professionnels appartiennent à des espaces différents : les uns dirigent leur établissement ; les autres font partie de l’autorité de tutelle dont l’une des attributions consiste à nommer les dirigeants des différentes structures scolaires. Tous ces interlocuteurs de terrain furent dès le début associés à cette recherche. Chacun, de la place où il se trouvait, a pu faire entendre une voix bien singulière. C’est au croisement de ces récits que les chercheurs ont pu décrire cette rencontre parfois frontale entre différents « continents ». Le fait de pouvoir le dire a permis aux acteurs de s’engager dans un processus de transformation.

 

Isabelle GRANGEREAU, Paola DUPERRAY, Eric MUTABAZI

L’interdisciplinarité, une valeur ajoutée de la recherche collaborative

L’article porte sur les stratégies d’adaptation de chefs d’établissements face aux situations génératrices de stress, voire de souffrance au travail auxquelles ils sont confrontés. Il propose une approche interdisciplinaire. Si le traitement des données empiriques a été effectué de manière autonome par chaque chercheur, les analyses et les interprétations se sont nourries des interactions pour aboutir à une lecture partagée du phénomène étudié. Ces analyses s’inscrivent dans trois disciplines : sciences de gestion, psychologie clinique et sciences de l’éducation. Elles prennent appui sur trois différents focus : psychoclinique, organisationnel, andragogique. Il en résulte une lecture collaborative et originale d’un même phénomène. Les résultats de ce travail montrent une certaine valeur ajoutée qui rend compte de la complexité de l’objet d’étude et de ses nombreuses spécificités. Du fait de cette interdisciplinarité, la recherche gagne en profondeur et en relief ; elle permet de faire émerger des pistes de réflexion, puis d’intervention au plus près des représentations des acteurs et des dynamiques de l’organisation. Elle se révèle comme un puissant stimulus de déplacements pour les parties prenantes, tout en produisant des connaissances nouvelles. La mise au travail des résonnances repérées tout au long du processus conduit les chercheurs à interroger la place de laquelle ils s’expriment : l’enjeu est de transformer ces matériaux et de les mettre au service de la recherche, de la relation et, encore plus loin, du changement.

 

 

Hélène DESFONTAINES, Laurence COCANDEAUBELLANGER, Nathanaël WALLENHORST

Analyse croisée de l’activité : déplacements et effets de connaissances

Basé sur une recherche auprès de chefs d’établissements scolaires de l’enseignement privé sous contrat, l’article rend compte de l’effet heuristique des dynamiques réflexives suscitées par un dispositif groupal d’analyse de leur activité professionnelle déployé auprès d’une trentaine de personnes. Les interactions langagières provoquées par l’énonciation des attentes à propos de cette recherche coopérative ont permis de saisir non seulement de communes situations de travail mais aussi l’engagement subjectif mobilisé, revendiqué, empêché. L’article s’attache à rendre compte de ces effets de déplacement et de dévoilement.

 

Paola DUPERRAY Ségolène LE MOUILLOUR

Les dynamiques d’une expérience de recherche collaborative. Le cas du programme « Analyse de l’activité des chefs d’établissement et de ceux qui les accompagnent »

Les démarches de recherches de type collaboratif s’inscrivent dans une tradition scientifique datant du début du siècle dernier et profondément marquée par le pragmatisme de John Dewey, l’interactionnisme symbolique de Margareth Mead et les approches méthodologiques de l’Ecole de Chicago. Elles regroupent aujourd’hui de nombreux travaux au sein de diverses disciplines (sciences de l’éducation, de gestion, sociologie, psychologie sociale…). Fort de ces héritages, le programme « Analyse de l’activité des chefs d’établissement et de ceux qui les accompagnent » se situe dans ce cadre épistémologique et méthodologique dont il constitue une illustration (si l’on regarde du point de vue du processus) et un approfondissement (si l’on se concentre sur son contenu). Au-delà des connaissances produites sur l’objet même de la recherche (l’activité des chefs d’établissement et de ceux qui les accompagnent), le processus mis en place il a permis le repérage de trois dynamiques interactionnelles génératrices de changement pour les parties prenantes : une dynamique d’amorçage, passant par la construction d’alliances ; une dynamique de cadrages et recadrages, tout au long du processus ; une dynamique d’investigation, solidaire et réflexive, facilitée par un leadership d’animation et de régulation.

 

Corinne ROUGERIE

L’accueil en centre socioculturel : histoire d’une recherche-intervention qui devient coopérative

A partir d’un regard institutionnaliste plus particulièrement inscrit dans le champ de la sociologie clinique institutionnelle, cet article propose de contribuer au questionnement proposé en l’illustrant d’une recherche qualifiée de recherche-action formation par ses coréalisateurs. L’auteure impulse et accompagne ce type de démarche depuis une dizaine d’années dans le secteur de l’action sociale et médico-sociale ; la construction d’un tel processus demande une vigilance particulière dès les prémices de l’entrée en relation de travail ensemble et tout au long de son déroulement. De quelle manière les acteurs appréhendent-ils ce type de recherche ? Que produisent-ils ensemble ? En quoi la recherche menée est-elle coopérative ? Autrement dit, l’enjeu porterait sur la capacité des uns et des autres à vouloir, voire pouvoir, faire jeu commun en fonction des situations professionnelles et/ou personnelles dans lesquels ils sont pris. C’est le fil rouge que suit l’auteure en montrant en quoi le terrain de recherche (ici un centre sococioculturel en zone urbaine) devient progressivement par lui-même un « territoire savant ».

 

Daisy CUNHA, Simon MALLARD

Partager des savoirs pour transformer nos métiers

La démarche ergologique contribue à la formalisation de l’expérience professionnelle. En s’appuyant sur un dispositif mis en place au Brésil par des chercheurs avec des syndicalistes mineurs, cet article décrit les effets de cette approche sur les acteurs impliqués en termes de coopération, de posture ou d’un point de vue éthique. Le croisement des savoirs entre les acteurs – ou, dit autrement, « l’expérience de l’expérience » – contribue pleinement au développement conjoint de tous à « disparité de place et parité d’estime ».

RECHERCHER

un numéro, un thème, un auteur

Nos autres numéros

2023-4
L’espace comme condition de l’expérience

21,50 23,00 

2023-3
Questions en revue : apprentissage, expérience, alternance

21,50 23,00 

2023-1/2
Les métiers de la formation à l’épreuve du travail

29,90 34,00 

2022-4
Formation, coopération, émancipation. Expériences en économie sociale et solidaire

21,50 23,00 

2022-3
La formation aux marges de l’emploi

21,50 23,00 

2022-2
Métiers de la formation : quelle professionnalisation ?

21,50 23,00 

2022-1
Aller sur le terrain

21,50 23,00 

2021-4
Analyse institutionnelle et formation

21,50 23,00 

2021-3
Didactique professionnelle et didactiques des disciplines. Filiations et ruptures

21,50 23,00 

2021-2
L’AFEST : cadrages et débordements

21,50 23,00 

2021-1
Questions en revue : travail, numérique, accompagnement

21,50 23,00 

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

2020 HS
L’apprentissage dans le BTP : l’innovation en mouvement

12,00 

2020-3
Formation et prévention des risques au travail

21,50 23,00 

2020-2
L’introuvable qualité en formation

21,50 23,00 

2020-3
Narration du vécu et savoirs expérientiels

20,00 

2019-4
Former demain. N° double 50e anniversaire

18,00 

2019 HS AFPA
Partir des compétences transversales pour lire autrement le travail

12,00 

2019 HS
L’apprentissage dans le BTP : de l’expertise à l’innovation

12,00 

2019-3
Le numérique : une illusion pédagogique ?

21,50 23,00 

2019-1
Quelle reconnaissance des compétences transversales ?

18,00 

2018-4
Rythmes et temporalités en formation

18,00 

2018 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle : rupture ou continuité ?

12,00 

2018 HS
L’apprentissage dans le BTP : une expertise en action

12,00 

2018-3
Apprendre et se former en situation de travail

18,00 

2018-2
Autoformation et société de l’accélération

15,00 

2018-1
Actualité de l’intervention

15,00 

2017-4
Politiques de l’emploi et formation

15,00 

2017 HS AFPA
Analyses du travail et intentions formatives

12,00 

2017-3
Les dynamiques identitaires à l’épreuve des transitions

15,00 

2017-2
Voyage, mobilité et formation de soi

15,00 

2017-1
Commencements et recommencements

15,00 

2016-4
Transmettre

14,00 

2016 HS AFPA
Évaluer et certifier en formation professionnelle

12,00 

2016-3
Apprendre à évaluer

14,00 

2016-2
Autour de l’apprenance

14,00 

2016-1
Le tutorat. Quelles pratiques pour quels enjeux ?

14,00 

2015-4
Accompagnement, réciprocité et agir collectif

14,00 

2015 HS AFPA
Quelles pratiques pédagogiques dans l’accompagnement des publics peu qualifiés ?

12,00 

2015-3
Conception et activité du formateur

14,00 

2015-2
Penser la pédagogie en formation d’adultes

14,00 

2015-1
Travail et créativité

14,00 

2014-4
Éducation permanente et utopie éducative

10,00 

2014 HS AFPA
Les synergies travail-formation

12,00 

2014-3
S’étonner pour apprendre

14,00 

2014-2
Éducation non formelle

12,00 

2014-1
Formation expérientielle et intelligence en action (Construire l’expérience 3)

12,00 

2013-4
Travail et développement professionnel (Construire l’expérience 2)

12,00 

2013 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle

12,00 

2013-3
Réflexivité et pratique professionnelle (Construire l’expérience 1)

12,00 

2013-2
Apprendre du malade

12,00 

2013-1
La formation et le théâtre

12,00 

2012-4
L’alternance : du discours à l’épreuve

10,00 

2012 HS AFPA
Les transitions professionnelles en questions

12,00 

2012-3
Les 20 ans du bilan de compétences

10,00 

2012-2
Les seniors et la formation

10,00 

2012-1
L’alternance, au-delà du discours

10,00 

2011-4
La médiation sociale

10,00 

2011 HS AFPA
RSE et formation

10,00 

2011-3
Formation et professionnalisation

10,00 

2011-2
L’exigence de responsabilité en formation des adultes

10,00 

2011-1
Rencontres interculturelles et formation

10,00 

2010-4
Développement des territoires et formation (2)

10,00 

2010-3
Développement des territoires et formation (1)

10,00 

2010-2
Former avec les environnements

10,00 

2010-1
Formation et innovation dans les petites entreprises

10,00 

2009-4
La construction des parcours professionnels

10,00 

2009-3
L’éducation permanente, un projet d’avenir (Spécial 40e anniversaire)

10,00 

2009-2
Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ?

10,00 

2009-1
Peut-on former à la fonction d’encadrement ?

10,00 

2008-4
La formation et la recherche

10,00 

2008-3
Peut-on apprendre à anticiper ?

10,00 

2008-2
La question éthique

10,00 

2008-1
Travail et formation. Quelques pratiques en émergence

10,00 

2007-4
L’alternance, pour des apprentissages situés (2)

10,00 

2007-3
L’alternance, pour des apprentissages situés (1)

10,00 

2007-2
Orientation et développement des métiers

10,00 

2007-1
Intervention et savoirs. La pensée au travail

10,00 

2006-4
Pédagogie et numérique. Contradictions ? Convergences ?

8,00 

2006-3
L’autoformation : actualités et perspectives

8,00 

2006-2
Communiquer

8,00 

2006-1
Analyses du travail et formation (2)

8,00 

2005-4
Analyses du travail et formation (1)

8,00 

2005-3
Que sont les formateurs devenus ?

8,00 

2005-2
L’alternance, une alternative éducative ?

8,00 

2005-1
La (re)présentation de soi

8,00 

2004-4
L’analyse des pratiques (2)

8,00 

2004-3
L’analyse des pratiques (1)

8,00 

2004-2
Les acquis de l’expérience (2)

8,00 

2004-1
Les acquis de l’expérience (1)

8,00 

2003-4

Où en est l’ingénierie de formation ?

8,00 

2003-3

Les “inemployables”

8,00 

2003-2

Représentations sociales et formation

8,00 

2003-1

La formation syndicale

8,00 

2002-4

L’accompagnement dans tous ses états

8,00 

2002-3

Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation

8,00 

2002-2

Apprendre des autres

8,00 

2002-1

Trajectoires professionnelles. Reconnaissance de l’expérience

8,00 

2001-4

La formation permanente entre travail et citoyenneté

8,00 

2001-3

Pour une écoformation. Former à et par l’environnement

10,00