Revue internationale de référence en formation des adultes fondée en 1969.

N° HS 2016 AFPA

2016 HS AFPA
Évaluer et certifier en formation professionnelle

12,00 

Fabienne MAILLARD

Des certifications professionnelles par milliers. Eclairages sur une catégorie plastique
En France, la stratégie certificative apparaît à la fois généreuse et rationnelle : les statistiques montrent que les titulaires d’un diplôme sont mieux protégés que les autres sur le marché du travail. Une telle politique repose aussi sur quelques flous et sur certaines audaces de langage. C’est à ces approximations et à ce qu’elles révèlent que s’intéresse cet article, à partir de travaux engagés depuis plusieurs années sur les rapports entre diplômes et certifications professionnelles. Que recouvre la catégorie des « certifications professionnelles » sinon des formes multiples et sans réelle parité ? Jusqu’à quel point l’indifférenciation entre certification et qualification, qui justifie l’engouement suscité par les certifications professionnelles, est-elle fondée ?

 

Paul SANTELMANN

Quelle est la portée des différents systèmes de certification ?

Le chômage de masse et l’accélération des innovations technologiques ont profondé- ment modifié l’environnement de la formation professionnelle. Dans ce contexte l’architecture complexe du système de validation et la production foisonnante de diplômes, de titres et de certifications de branches interrogent… Chaque système de certification semble vouloir assurer les mêmes vocations que les autres, au détriment de leurs complémentarités potentielles. Par ailleurs, la dissociation entre politique de certification et pilotage de la formation des adultes accentue ce brouillage et la complexité de l’ensemble.

 

Aline BRANCHE-SEIGEOT

Une approche globale des compétences transversales mobilisées dans le travail

À partir des données de l’enquête internationale PIAAC (2012), cet article dresse un panorama général des compétences transversales mobilisées au travail selon les caractéristiques des individus (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle et diplôme). Cet exercice permet notamment de mettre en évidence le contenu du travail des employés/ouvriers qualifiés et des employés/ouvriers non qualifiés. D’après ce pano- rama, si le contenu du travail entre emploi qualifié et emploi non qualifié diffère encore fortement, les tâches qui incombent aux employés et ouvriers non qualifiés suggèrent une mobilisation de compétences plus importante qu’il n’y parait au regard de la dénomination de la catégorie socioprofessionnelle à laquelle ils appartiennent.

 

Jean-Yves BEROUD, Christine POPLIMONT

Evaluation formative et évaluation certificative : une conception réductrice de l’évaluation

L’article questionne la mise en tension entre évaluation formative et évaluation certificative et suggère que le formateur ne pas s’en tienne pas à la seule dimension du contrôle. L’évaluation formative, dispositif de régulation particulièrement présent en formation, s’intéresse aux démarches et aux moyens mis en œuvre par l’apprenant pour la réalisation d’une tache déterminée par des objectifs. Suite au contrôle de cette tâche, se mettent alors en place des régulations. L’évaluation certificative permet de certifier socialement la validation d’une action achevée, à l’issue d’un dispositif d’évaluation formative. Le formateur peut convoquer d’autres dispositifs tels que l’évaluation formatrice, l’évaluation régulation ou l’évaluation située.

 

Stéphane BALAS, Josiane PADDEU, Patrick VENEAU

L’évaluation dans les diplômes professionnels : une évaluation certificative ?

L’évaluation dans les diplômes professionnels du ministère de l’Education nationale sert de cadre à cet article qui vise à interroger la nature même de cette évaluation. Est- elle, dans la pratique, certificative, c’est-à-dire un jugement déconnecté du processus de formation ? Les enseignants parviennent-ils, sur la base exclusive des outils fournis dans les référentiels, à vérifier que le candidat possède les compétences requises ? A partir d’un travail empirique, les auteurs mettent ces questions en discussion.

 

Jérémy PIERRE, Marc FALCOZ

L’encadrement sportif : un système de certifications complexe

En France, l’accès à l’encadrement sportif contre rémunération a longtemps fait l’objet d’un monopole du ministère en charge des Sports via un diplôme spécifique à une discipline sportive. Cette exclusivité est remise en cause au cours des années 2000, et le système de formations/certifications connaît de profonds changements. Diverses institutions tentent alors de développer et de valoriser leurs certifications respectives, engendrant à la fois des jeux de négociations, des tensions, des concurrences, et l’accroissement de la complexité et du manque de lisibilité de ce système.

 

François POTIER

Mandat et réappropriation de la certification en formation professionnelle

Cet article interroge les ressources dont disposent les jurys d’évaluation des formations aux diplômes de l’encadrement sportif pour se conformer aux attentes de l’organisme certificateur, lui-même mandaté par le ministère en charge des sports. Alors que les conditions de leur recrutement ont pour corollaire une méconnaissance des contenus de formation, ceux-ci s’appuient sur des dispositions individuelles pour produire leur jugement, au détriment de l’équité, fondement éthique de leur pratique.

 

Ralheml BAS

La reconnaissance des savoir-faire professionnels : un dispositif de validation de niveau infra V

Le dispositif de reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP), de niveau infra V, valide des savoir-faire lors d’une mise en situation sur un plateau technique. Le processus d’accompagnement dans le temps, puis la validation avec un professionnel rendent visibles des savoir-faire réels, d’où la possibilité pour le candidat d’élaborer une suite de parcours, mais aussi un temps de valorisation personnelle qui lui permet de retrouver une image de soi positive. L’implication de l’AFPA, animatrice du dispositif, est garante de la qualité de sa mise en œuvre.

 

Bahilila DAINECHE

Évaluer les compétences dans la certification d’infirmier

Suite au passage de la formation en soins infirmiers dans le système LMD, le référentiel de formation a permis le passage « d’une logique de contenus à une logique de compétence » et, pour les étudiants infirmiers, l’obtention d’un grade de licence. Il s’agit, au terme d’une formation initiale en alternance d’une durée de trois ans, de décider si un professionnel est apte à travailler dans un métier défini, à la suite d’une évaluation certificative.

 

Frédérique GORALCZYK-CENNI

L’accompagnement professionnel : une posture spécifique relevant de l’évaluation située

En repérant les postures jouées par les formateurs dans une institution de formation, l’article resitue les pratiques professionnelles dans les différents modèles de l’évaluation et de la relation. Il est également l’opportunité de valoriser les recherches de Michel Vial qui ont permis de conceptualiser l’accompagnement en tant que posture professionnelle. La confusion épistémologique traverse les pratiques de formation, et l’accompagnement est rarement distingué des autres modèles de relation. Cet épar- pillement se retrouve dans les postures des formateurs qui ne différencient pas guidage et accompagnement.

 

Hervé Breton

Le développement des mobilités européennes et la mise en œuvre graduelle d’un cadre européen des certifications constituent les piliers de la construction de l’Europe de la formation. L’objet de cet article est d’analyser les processus d’européanisation des certifications, conséquences des politiques visant la convergence des systèmes de certification de chacun des États membres. L’étude présentée se structure en trois axes : les modes d’incitation et de concertation impulsés par l’Europe pour faire évoluer ces systèmes ; l’étude de l’ingénierie des mobilités européennes certifiantes ; l’analyse de leur impact sur les pratiques des certificateurs nationaux.

 

Cécile JAHAN, Barbara LORIG

L’évaluation dans le système dual allemand : un modèle à suivre ?

Cette contribution est le résultat d’une approche croisée qui propose des clés de compréhension de la formation duale en Allemagne et interroge la possible transposition de ce modèle dans le champ de la formation professionnelle en France. Une attention particulière est portée au rôle et à la place de l’entreprise allemande dans les processus de création ou d’actualisation des référentiels, de mise en œuvre de la formation et des modalités d’évaluation et de certification. Acteur majeur de la formation professionnelle, l’entreprise en Allemagne est également impliquée dans le déve- loppement et l’application de nouvelles conceptions et pratiques pédagogiques, inspirées du cadre européen.

 

Danielle COOS

Evaluation et certification en formation professionnelle : la validation des compétences en Belgique
En Belgique francophone, le dispositif de la validation des compétences constitue un élément central des recommandations européennes visant à promouvoir l’insertion professionnelle, l’apprentissage tout au long de la vie et la mobilité des travailleurs. En 2003, a étés institué un Consortium chargé d’organiser le processus de validation des compétences et de délivrer un titre de compétence reconnaissant les compétences des travailleurs, acquises de façon formelle, non formelle et informelle, à l’issue d’une démarche de validation dans un centre de validation agréé. L’article présente les missions précises du Consortium sous un angle méthodologique. Le dispositif belge est présenté à la fois dans son ancrage européen et dans ses caractéristiques propres.

 

Mathieu GAILLARD, Isabelle VERBRUGGEN, Christophe MATTART, Nicolas DONNEAUX

Certifier les compétences acquises en formation

La certification des acquis d’apprentissage constitue un élément central des recom- mandations européennes visant à promouvoir l’insertion professionnelle, l’apprentis- sage tout au long de la vie et la mobilité des apprenants. Afin de répondre à ces enjeux, les opérateurs publics de formation professionnelle, en Belgique francophone mettent en œuvre conjointement un dispositif d’évaluation et de certification des compétences acquises en formation. Cet article présente les caractéristiques de ce dispositif sous divers aspects (méthodologie, format du certificat, gestion de la qualité…).

 

Otilia HOLGADO, Isabelle NIZET

Évaluation et dilemmes de formteurs au Québec

Au Québec, la responsabilité de la formation professionnelle est partagée entre le ministère de l’Education et les centres de formation. Ainsi, les modèles d’activité évaluative sont conditionnés par des injonctions ministérielles axées sur la sanction des apprentissages. Les épreuves écrites qui portent sur les connaissances pratiques des élèves placent les enseignants devant des dilemmes pédagogiques importants : doivent-ils former au métier ou à la réussite de ces épreuves ?

 

Brigiotte NIVET, Jean-Claude CASALEGNO

Les aspects normatifs, symboliques et anthropologiques de la certification

Le modèle de la certification en formation professionnelle a longtemps été caractérisé en France par la centralisation, l’institutionnalisation et la normalisation. Depuis une trentaine d’années, émergent de nouveaux dispositifs fondés sur une autre logique : la flexibilité et la contingence. Après avoir présenté cette évolution en se référant à la théorie des conventions, l’article décrit une expérimentation de certification dégageant de nouvelles pistes d’action. Il explore les dimensions symboliques et anthropolo- giques de cette expérience.

 

Claudia GAGNON

La fonction évaluative des pratiques de supervision dans les formations professionnelles en alternance
Au Québec, le ministère de l’Education a défini des balises en matière d’alternance travail-études en formation professionnelle, notamment en ce qui concerne l’évalua- tion des apprentissages en entreprise. Une analyse des pratiques permet de montrer la diversité des pratiques de supervision mises en œuvre par les enseignants, de mieux définir les différentes fonctions liées à ces pratiques, et de donner une importance rela- tive à chacune d’elle. Les résultats montrent que certains enseignants accordent une place prépondérante à la fonction évaluative des pratiques de supervision, bien qu’elle demeure totalement absente chez d’autres participants. Ces résultats soulèvent quelques questions quant au rôle de l’entreprise en matière d’évaluation formative et certificative et des règles inhérentes aux projets d’ATE en formation professionnelle au secondaire au Québec.

 

Sandra ENLART, Pascale FOTIUS

Evaluer l’efficacité et l’efficience pédagogiques pour analyser les processus d’apprentissage
Tout ce qui est fait sous l’intitulé « formation » sert-il à apprendre ? En d’autres termes, toute action de formation permet-elle d’être plus compétent ? Une même formation aurait-elle pu être menée autrement en étant aussi efficace ? Voilà quelques questions « serpent de mer » qu’il est urgent de faire avancer en ne limitant pas l’éva- luation à la seule question des acquis de la formation, ni même à leur transformation en compétences. L’article tente de faire le point sur les pratiques d’évaluation dans les grandes entreprises. Une expérimentation réalisée dans une grande entreprise du secteur de l’énergie permet d’ouvrir des perspectives vers une modélisation de l’effi- cacité et de l’efficience pédagogiques.

 

François ANTILLE, Sabrina MALACORDA, Lucie MOTTIER LOPEZ

Une pratique de e-portfolio dans l’Espace Entreprise à Genève
L’article présente une pratique d’évaluation développée dans l’Espace Entreprise du canton de Genève qui a pour particularité de proposer des stages dans le but de répondre à un déficit d’offres de places d’apprentissage in situ dans le domaine commercial. Il s’agit d’un e-portfolio qui vise à accompagner et certifier les compétences des stagiaires dans la perspective d’une évaluation authentique, inscrite dans les processus de formation et de production. Les principaux défis sont discutés par rapport à l’enjeu de développer une nouvelle culture de l’évaluation par rapport à des pratiques traditionnelles.

 

Viviane TOUZET, Bruno CUVILLIER

La mise en place d’une première certification de branche : du mirage à la réalité

La mise en place d’un certificat de qualification professionnelle a permis d’engager une réflexion autour des enjeux de la certification. Cette réflexion appelle à penser de façon systémique la certification en lien avec une démarche GPEC et la fonction formation. Il en ressort également l’intérêt d’associer les partenaires sociaux à une réflexion autour de la compétence : comment l’évaluer et la faire reconnaître au sein des organisations de travail ?


Françoise SAVY

CQP agricoles et compte personnel de formation

En 2014, la CPNE agricole a souhaité engager une réflexion sur l’amélioration de l’ac- cessibilité des CQP de la branche. L’article présente les résultats de l’étude conduite en ce sens. Bien que les CQP agricoles soient déjà organisés en unités de compétences indépendantes et capitalisables, la mise en place du compte personnel de formation appelle quelques transformations qui concernent l’architecture des référentiels mais aussi l’économie générale du dispositif.

 

Sonia ZOLYNIAK

Le CQP, vecteur de professionnalisation pour l’entreprise ? L’exemple du secteur de la propreté
Trente ans après la création des certificats de qualifications professionnelles (CQP), plusieurs questions subsistent. Les salariés peu qualifiés qui ne maîtrisent pas la langue française peuvent-ils l’obtenir? Comment mettre en place les formations visant un CQP lorsque les salariés travaillent en horaires décalés ou ont plusieurs employeurs ? Comment s’articulent les formations et la délivrance du certificat lui-même ? Est-il réellement accessible au plus grand nombre ? Une fois obtenu, quelle incidence sur la qualification et le salaire ? Les CQP sont-ils pris en compte dans les processus d’em- bauche ? Contribuent-ils aux mobilités et à l’employabilité des salariés ? Pour tenter de répondre à ces questions, l’auteure analyse le CQP de la branche « propreté ».

 

 

RECHERCHER

un numéro, un thème, un auteur

Nos autres numéros

2023-4
L’espace comme condition de l’expérience

21,50 23,00 

2023-3
Questions en revue : apprentissage, expérience, alternance

21,50 23,00 

2023-1/2
Les métiers de la formation à l’épreuve du travail

29,90 34,00 

2022-4
Formation, coopération, émancipation. Expériences en économie sociale et solidaire

21,50 23,00 

2022-3
La formation aux marges de l’emploi

21,50 23,00 

2022-2
Métiers de la formation : quelle professionnalisation ?

21,50 23,00 

2022-1
Aller sur le terrain

21,50 23,00 

2021-4
Analyse institutionnelle et formation

21,50 23,00 

2021-3
Didactique professionnelle et didactiques des disciplines. Filiations et ruptures

21,50 23,00 

2021-2
L’AFEST : cadrages et débordements

21,50 23,00 

2021-1
Questions en revue : travail, numérique, accompagnement

21,50 23,00 

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

2020 HS
L’apprentissage dans le BTP : l’innovation en mouvement

12,00 

2020-3
Formation et prévention des risques au travail

21,50 23,00 

2020-2
L’introuvable qualité en formation

21,50 23,00 

2020-3
Narration du vécu et savoirs expérientiels

20,00 

2019-4
Former demain. N° double 50e anniversaire

18,00 

2019 HS AFPA
Partir des compétences transversales pour lire autrement le travail

12,00 

2019 HS
L’apprentissage dans le BTP : de l’expertise à l’innovation

12,00 

2019-3
Le numérique : une illusion pédagogique ?

21,50 23,00 

2019-1
Quelle reconnaissance des compétences transversales ?

18,00 

2018-4
Rythmes et temporalités en formation

18,00 

2018 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle : rupture ou continuité ?

12,00 

2018 HS
L’apprentissage dans le BTP : une expertise en action

12,00 

2018-3
Apprendre et se former en situation de travail

18,00 

2018-2
Autoformation et société de l’accélération

15,00 

2018-1
Actualité de l’intervention

15,00 

2017-4
Politiques de l’emploi et formation

15,00 

2017 HS AFPA
Analyses du travail et intentions formatives

12,00 

2017-3
Les dynamiques identitaires à l’épreuve des transitions

15,00 

2017-2
Voyage, mobilité et formation de soi

15,00 

2017-1
Commencements et recommencements

15,00 

2016-4
Transmettre

14,00 

2016 HS AFPA
Évaluer et certifier en formation professionnelle

12,00 

2016-3
Apprendre à évaluer

14,00 

2016-2
Autour de l’apprenance

14,00 

2016-1
Le tutorat. Quelles pratiques pour quels enjeux ?

14,00 

2015-4
Accompagnement, réciprocité et agir collectif

14,00 

2015 HS AFPA
Quelles pratiques pédagogiques dans l’accompagnement des publics peu qualifiés ?

12,00 

2015-3
Conception et activité du formateur

14,00 

2015-2
Penser la pédagogie en formation d’adultes

14,00 

2015-1
Travail et créativité

14,00 

2014-4
Éducation permanente et utopie éducative

10,00 

2014 HS AFPA
Les synergies travail-formation

12,00 

2014-3
S’étonner pour apprendre

14,00 

2014-2
Éducation non formelle

12,00 

2014-1
Formation expérientielle et intelligence en action (Construire l’expérience 3)

12,00 

2013-4
Travail et développement professionnel (Construire l’expérience 2)

12,00 

2013 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle

12,00 

2013-3
Réflexivité et pratique professionnelle (Construire l’expérience 1)

12,00 

2013-2
Apprendre du malade

12,00 

2013-1
La formation et le théâtre

12,00 

2012-4
L’alternance : du discours à l’épreuve

10,00 

2012 HS AFPA
Les transitions professionnelles en questions

12,00 

2012-3
Les 20 ans du bilan de compétences

10,00 

2012-2
Les seniors et la formation

10,00 

2012-1
L’alternance, au-delà du discours

10,00 

2011-4
La médiation sociale

10,00 

2011 HS AFPA
RSE et formation

10,00 

2011-3
Formation et professionnalisation

10,00 

2011-2
L’exigence de responsabilité en formation des adultes

10,00 

2011-1
Rencontres interculturelles et formation

10,00 

2010-4
Développement des territoires et formation (2)

10,00 

2010-3
Développement des territoires et formation (1)

10,00 

2010-2
Former avec les environnements

10,00 

2010-1
Formation et innovation dans les petites entreprises

10,00 

2009-4
La construction des parcours professionnels

10,00 

2009-3
L’éducation permanente, un projet d’avenir (Spécial 40e anniversaire)

10,00 

2009-2
Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ?

10,00 

2009-1
Peut-on former à la fonction d’encadrement ?

10,00 

2008-4
La formation et la recherche

10,00 

2008-3
Peut-on apprendre à anticiper ?

10,00 

2008-2
La question éthique

10,00 

2008-1
Travail et formation. Quelques pratiques en émergence

10,00 

2007-4
L’alternance, pour des apprentissages situés (2)

10,00 

2007-3
L’alternance, pour des apprentissages situés (1)

10,00 

2007-2
Orientation et développement des métiers

10,00 

2007-1
Intervention et savoirs. La pensée au travail

10,00 

2006-4
Pédagogie et numérique. Contradictions ? Convergences ?

8,00 

2006-3
L’autoformation : actualités et perspectives

8,00 

2006-2
Communiquer

8,00 

2006-1
Analyses du travail et formation (2)

8,00 

2005-4
Analyses du travail et formation (1)

8,00 

2005-3
Que sont les formateurs devenus ?

8,00 

2005-2
L’alternance, une alternative éducative ?

8,00 

2005-1
La (re)présentation de soi

8,00 

2004-4
L’analyse des pratiques (2)

8,00 

2004-3
L’analyse des pratiques (1)

8,00 

2004-2
Les acquis de l’expérience (2)

8,00 

2004-1
Les acquis de l’expérience (1)

8,00 

2003-4

Où en est l’ingénierie de formation ?

8,00 

2003-3

Les “inemployables”

8,00 

2003-2

Représentations sociales et formation

8,00 

2003-1

La formation syndicale

8,00 

2002-4

L’accompagnement dans tous ses états

8,00 

2002-3

Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation

8,00 

2002-2

Apprendre des autres

8,00 

2002-1

Trajectoires professionnelles. Reconnaissance de l’expérience

8,00 

2001-4

La formation permanente entre travail et citoyenneté

8,00 

2001-3

Pour une écoformation. Former à et par l’environnement

10,00