Revue internationale de référence en formation des adultes fondée en 1969.

N°208

2016-3
Apprendre à évaluer

14,00 

Gérard FIGARI

Est-il concevable d’apprendre à évaluer ?

Avant de songer à prescrire les contenus et les méthodes d’un apprentissage de l’évaluation, l’auteur exprime le doute, voire la méfiance que peut (que doit ?) inspirer cette entreprise. Systématiquement, il interroge les motifs, les préalables, les postures des acteurs impliqués dans un processus d’évaluation. Il examine ensuite l’apport des auteurs qui ont suggéré de soumettre les opérations d’évaluation à des théorisations, des modélisations et des conceptualisations précédant les choix méthodologiques. Il propose enfin d’organiser un tel apprentissage dans le cadre du cheminement de « l’en quête » chère à Dewey, consistant à « résoudre une énigme au sein d’une situation toujours complexe, dans laquelle le sens n’apparaît pas au premier abord ». Pour apprendre à évaluer, il est donc préconisé de déconstruire la doxa, les certitudes et les routines, pour reconstruire une posture d’« en quête » de sens sur les énigmes que restent toujours les objets à évaluer.

 

 

Jean-Marie DE KETELE

L’évaluation et ses nouvelles tendances, sources de dilemmes

En 1993, l’auteur dégageait onze paradigmes pour caractériser les travaux de l’époque dans le champ de l’évaluation ; ils témoignaient de l’influence des différentes disciplines qui fondent les sciences de l’éducation : pédagogie, psychologie, sociologie, économie… Vingt ans plus tard, ces disciplines permettent toujours de comprendre les cadres de référence qui conceptualisent la diversité des pratiques évaluatives. L’auteur tente ici de voir si les tendances actuelles dans le champ de l’évaluation sont formatrices.

 

Thomas ARCHIBALD, Laurent OGOUELI MOUSSAVOU

La « pensée évaluative » : une activité mystérieuse quotidienne

La pensée évaluative est, en bref, la pensée critique appliquée aux contextes de l’évaluation. Ce concept est relativement nouveau dans l’évaluation des programmes et des politiques publiques. Bien qu’il reste flou, il est fréquemment utilisé et occupe une place importante. Si l’évaluation formelle peut intimider les acteurs du domaine éducatif, la nature commune et quotidienne de la pensée évaluative peut représenter une ouverture pour les aider à apprendre à évaluer.

 

Marthe HURTEAU, Sylvain HOULE, Marie-Pier MARCHAND

Evaluer un programme, un projet, un dispositif à partir d’un jugement crédible

Toute démarche évaluative vise à générer un jugement. Pour se traduire en actions, ce jugement doit mériter la confiance et l’assentiment des parties prenantes, c’est- à-dire être crédible à leurs yeux. Le principal défi auquel fait face l’évaluation consiste à éviter de devenir son propre talon d’Achille en ne parvenant pas à générer un tel jugement. L’article présente une modélisation favorisant la production d’un jugement crédible ; il propose des modalités pour apprendre à évaluer un programme, un projet ou un dispositif.

 

Anne JORRO

Se former à l’activité évaluative

Cet article présente une modélisation de la formation à l’activité évaluative de professionnels de la formation et de l’éducation. L’activité évaluative est étudiée à partir de quatre analyseurs : culture de l’évaluation, postures de l’évaluateur, compétences évaluatives, gestes évaluatifs. Ces différents éléments constitutifs de l’activité évaluative ne sont pas sans poser des difficultés d’incorporation pour les acteurs qui apprennent bien souvent sur le tas des manières de faire. Une formation expérientielle à l’évaluation semble être une voie prometteuse afin de dégager l’activité évaluative de sa dimension clandestine et de permettre aux professionnels de se former à des approches de l’évaluation en contexte.

 

Walther TESSARO, Lionel DECHAMBOUX, Fernando MORALES VILLABONA, Lucie MOTTIER LOPEZ

La modération sociale pour se former à l’évaluation des apprentissages

Cet article présente plusieurs instruments mis en place lors d’une recherche-formation visant à expérimenter des dispositifs de modération sociale sur deux plans jugés complémentaires : les choix évaluatifs des enseignants quand ils élaborent leurs épreuves et l’appréciation des productions de leurs élèves d’école primaire. Sans être considérés comme des modèles, ces instruments représentent des exemples susceptibles de soutenir les enseignants dans leur volonté d’améliorer leurs pratiques d’évaluation des apprentissages des élèves. Ils montrent également la façon dont ils ont évolué au fil d’une recherche longitudinale, dans une perspective de mise à distance épistémologique.

 

Lionel DECHAMBOUX

Penser ses valuations pour se former à l’évaluation ?

Cet article pointe la nécessité d’une formation à l’évaluation ancrée dans la pratique. Il plaide pour l’usage de méthodologies telle que l’autoconfrontation pour recueillir des données en rapport puis pour leur modélisation dans une forme intelligible pour les acteurs, permettant un travail de réflexion ultérieur et de confrontation avec la culture issue de la recherche en évaluation. La valuation comme modélisation enactive de l’évaluation pourrait avoir cette vertu.

 

Sophie GENELOT, Denis GARDES, Joëlle MANSANTI, Nathalie PINSARD

Evaluer par compétences ou évaluer sans noter ?

Cette recherche s’intéresse aux expérimentations désignées par la double expression « évaluation sans notes »/« évaluation par compétences » dans cinq collèges d’une même académie. Des entretiens collectifs avec les équipes pédagogiques et l’étude d’un corpus de supports d’évaluation permettent d’analyser l’origine de ces pratiques, les objectifs poursuivis et les objets d’évaluation concernés. La suppression de la note chiffrée constitue le dénominateur commun de toutes ces expérimentations, alors que l’analyse des objets évalués révèle une forte instabilité didactique de la notion de compétence dans ces pratiques d’évaluation.

 

Richard ETIENNE

Former à évaluer : enjeux, tensions, solutions

Cet article étudie l’évaluation comme « cœur de la mauvaise conscience » des enseignants et les comportements qui en déculent. Il essaie de démêler l’évaluation stricto sensu de ses procédures de communication. Il se poursuit par la rupture épistémologique entre une évaluation sanction et une évaluation moteur des apprentissages. Il propose de nouvelles formes d’accompagnement des personnes chargées d’évaluer dans leur socialisation professionnelle. Les pistes de solution visent à dénouer l’intrication de la certification, indispensable mais qui pollue le travail d’éducation ou de formation, et du pilotage, nécessaire pour mener des activités productives et cognitives. Enfin, il est question d’évaluer l’évaluation en vue de son amélioration continue.

 

Claire TOURMEN

Heurs et malheurs des jeunes évaluateurs : pour une didactique de l’évaluation

L’évaluation est souvent le parent pauvre des univers de l’éducation et de la formation. Pourtant, évaluer s’apprend ! S’appuyant sur différents travaux issus de la littérature, sur ses observations d’évaluateurs au travail dans différents contextes (analysées avec un cadre de didactique professionnelle) et sur plus de dix ans de formation de jeunes évaluateurs, l’auteure propose une synthèse des difficultés d’apprentissage de l’évaluation. En effet, évaluer soulève des difficultés certaines pour les novices, auxquelles peuvent s’ajouter des représentations qui font obstacle au développement de l’activité. Dans l’expérience, les évaluateurs peuvent être amenés à surmonter ces difficultés, à affiner et à enrichir leur pratique. Cette dynamique, qui pourrait être accompagnée par des formations, permet d’esquisser un pas vers une didactique de l’évaluation, qui reste à construire.


 Viviane GLIKMAN

La formation à distance en France, d’hier à aujourd’hui

Après quelques précisions sur la formation à distance et le sens de cette expression, cet article développe l’histoire de ces modalités de formation qui ont débuté, il y a plus de cent-cinquante ans, avec les « cours par correspondance ». Depuis, la formation à distance a évolué au fur et à mesure de l’apparition de nouveaux médias et de nouvelles technologies. C’est à partir de ces technologies, même si elles ne suffisent pas à résumer les évolutions de la FAD en France, que l’auteure propose une chronologie en quatre temps de son histoire et de quelques-unes des problématiques qui la sous-tendent : le temps des cours par correspondance (1850-1960) ; le règne de l’audiovisuel (1961-1980) ; l’âge de l’informatique (1981-2000) ; la suprématie des formations en ligne (2001 à nos jours).

 

Philippe LACROIX

Pour une socio-économie de la formation, la relation de coproduction

Les approches économiques de la formation sont limitées et insatisfaisantes. La théorie économique néo-classique échoue à expliquer les mécanismes à l’œuvre car elle repose sur un corps d’hypothèses fortement réductrices. Or, construire une réflexion économique sur la formation est nécessaire pour un renouveau de la pensée sur ce champ d’activité. Cet article propose une approche heuristique de la formation en tant que relation de service de coproduction, mettant en évidence le jeu d’interactions des parties prenantes

RECHERCHER

un numéro, un thème, un auteur

Nos autres numéros

2023-4
L’espace comme condition de l’expérience

21,50 23,00 

2023-3
Questions en revue : apprentissage, expérience, alternance

21,50 23,00 

2023-1/2
Les métiers de la formation à l’épreuve du travail

29,90 34,00 

2022-4
Formation, coopération, émancipation. Expériences en économie sociale et solidaire

21,50 23,00 

2022-3
La formation aux marges de l’emploi

21,50 23,00 

2022-2
Métiers de la formation : quelle professionnalisation ?

21,50 23,00 

2022-1
Aller sur le terrain

21,50 23,00 

2021-4
Analyse institutionnelle et formation

21,50 23,00 

2021-3
Didactique professionnelle et didactiques des disciplines. Filiations et ruptures

21,50 23,00 

2021-2
L’AFEST : cadrages et débordements

21,50 23,00 

2021-1
Questions en revue : travail, numérique, accompagnement

21,50 23,00 

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

2020 HS
L’apprentissage dans le BTP : l’innovation en mouvement

12,00 

2020-3
Formation et prévention des risques au travail

21,50 23,00 

2020-2
L’introuvable qualité en formation

21,50 23,00 

2020-3
Narration du vécu et savoirs expérientiels

20,00 

2019-4
Former demain. N° double 50e anniversaire

18,00 

2019 HS AFPA
Partir des compétences transversales pour lire autrement le travail

12,00 

2019 HS
L’apprentissage dans le BTP : de l’expertise à l’innovation

12,00 

2019-3
Le numérique : une illusion pédagogique ?

21,50 23,00 

2019-1
Quelle reconnaissance des compétences transversales ?

18,00 

2018-4
Rythmes et temporalités en formation

18,00 

2018 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle : rupture ou continuité ?

12,00 

2018 HS
L’apprentissage dans le BTP : une expertise en action

12,00 

2018-3
Apprendre et se former en situation de travail

18,00 

2018-2
Autoformation et société de l’accélération

15,00 

2018-1
Actualité de l’intervention

15,00 

2017-4
Politiques de l’emploi et formation

15,00 

2017 HS AFPA
Analyses du travail et intentions formatives

12,00 

2017-3
Les dynamiques identitaires à l’épreuve des transitions

15,00 

2017-2
Voyage, mobilité et formation de soi

15,00 

2017-1
Commencements et recommencements

15,00 

2016-4
Transmettre

14,00 

2016 HS AFPA
Évaluer et certifier en formation professionnelle

12,00 

2016-3
Apprendre à évaluer

14,00 

2016-2
Autour de l’apprenance

14,00 

2016-1
Le tutorat. Quelles pratiques pour quels enjeux ?

14,00 

2015-4
Accompagnement, réciprocité et agir collectif

14,00 

2015 HS AFPA
Quelles pratiques pédagogiques dans l’accompagnement des publics peu qualifiés ?

12,00 

2015-3
Conception et activité du formateur

14,00 

2015-2
Penser la pédagogie en formation d’adultes

14,00 

2015-1
Travail et créativité

14,00 

2014-4
Éducation permanente et utopie éducative

10,00 

2014 HS AFPA
Les synergies travail-formation

12,00 

2014-3
S’étonner pour apprendre

14,00 

2014-2
Éducation non formelle

12,00 

2014-1
Formation expérientielle et intelligence en action (Construire l’expérience 3)

12,00 

2013-4
Travail et développement professionnel (Construire l’expérience 2)

12,00 

2013 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle

12,00 

2013-3
Réflexivité et pratique professionnelle (Construire l’expérience 1)

12,00 

2013-2
Apprendre du malade

12,00 

2013-1
La formation et le théâtre

12,00 

2012-4
L’alternance : du discours à l’épreuve

10,00 

2012 HS AFPA
Les transitions professionnelles en questions

12,00 

2012-3
Les 20 ans du bilan de compétences

10,00 

2012-2
Les seniors et la formation

10,00 

2012-1
L’alternance, au-delà du discours

10,00 

2011-4
La médiation sociale

10,00 

2011 HS AFPA
RSE et formation

10,00 

2011-3
Formation et professionnalisation

10,00 

2011-2
L’exigence de responsabilité en formation des adultes

10,00 

2011-1
Rencontres interculturelles et formation

10,00 

2010-4
Développement des territoires et formation (2)

10,00 

2010-3
Développement des territoires et formation (1)

10,00 

2010-2
Former avec les environnements

10,00 

2010-1
Formation et innovation dans les petites entreprises

10,00 

2009-4
La construction des parcours professionnels

10,00 

2009-3
L’éducation permanente, un projet d’avenir (Spécial 40e anniversaire)

10,00 

2009-2
Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ?

10,00 

2009-1
Peut-on former à la fonction d’encadrement ?

10,00 

2008-4
La formation et la recherche

10,00 

2008-3
Peut-on apprendre à anticiper ?

10,00 

2008-2
La question éthique

10,00 

2008-1
Travail et formation. Quelques pratiques en émergence

10,00 

2007-4
L’alternance, pour des apprentissages situés (2)

10,00 

2007-3
L’alternance, pour des apprentissages situés (1)

10,00 

2007-2
Orientation et développement des métiers

10,00 

2007-1
Intervention et savoirs. La pensée au travail

10,00 

2006-4
Pédagogie et numérique. Contradictions ? Convergences ?

8,00 

2006-3
L’autoformation : actualités et perspectives

8,00 

2006-2
Communiquer

8,00 

2006-1
Analyses du travail et formation (2)

8,00 

2005-4
Analyses du travail et formation (1)

8,00 

2005-3
Que sont les formateurs devenus ?

8,00 

2005-2
L’alternance, une alternative éducative ?

8,00 

2005-1
La (re)présentation de soi

8,00 

2004-4
L’analyse des pratiques (2)

8,00 

2004-3
L’analyse des pratiques (1)

8,00 

2004-2
Les acquis de l’expérience (2)

8,00 

2004-1
Les acquis de l’expérience (1)

8,00 

2003-4

Où en est l’ingénierie de formation ?

8,00 

2003-3

Les “inemployables”

8,00 

2003-2

Représentations sociales et formation

8,00 

2003-1

La formation syndicale

8,00 

2002-4

L’accompagnement dans tous ses états

8,00 

2002-3

Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation

8,00 

2002-2

Apprendre des autres

8,00 

2002-1

Trajectoires professionnelles. Reconnaissance de l’expérience

8,00 

2001-4

La formation permanente entre travail et citoyenneté

8,00 

2001-3

Pour une écoformation. Former à et par l’environnement

10,00