Revue internationale de référence en formation des adultes fondée en 1969.

N° HS 2017 AFPA

2017 HS AFPA
Analyses du travail et intentions formatives

12,00 

Béatrice DELAY, Laurent DUCLOS

Formation en situation de travail : quand la pédagogie rencontre le droit

L’ambition portée par la loi du 5 mars 2014 de repositionner la formation au service de la compétence de l’ensemble des actifs implique de diversifier les supports formatifs et de trouver à les inscrire dans l’ordre juridique. Dans le prolongement de cette réforme, l’Etat et les partenaires sociaux ont lancé une expérimentation qui vise précisément à rendre possible, en premier lieu dans les TPE-PME, le développement d’actions de formation en situation de travail. Ces dernières permettront de promouvoir l’activité de travail comme une ressource de la formation « formelle » et d’apporter une réponse ajustée aux enjeux de professionnalisation dans ces entreprises.

 

Paul SANTELMANN

Analyse du travail et ingénierie de formation : un lien indéfectible

Le rapport entre analyse du travail et formation professionnelle est soumis à de nombreuses tensions. D’une part, le système éducatif tend à scolariser l’enseignement professionnel et l’apprentissage, ce qui conduit à une minoration du rôle de la formation continue. D’autre part, les exigences productivistes et l’intensification du travail tendent à réduire les fonctions formatives des entreprises. Mais plusieurs phénomènes contribuent à une réactivation des démarches de compréhension des dimensions formatives du travail : la réinternalisation, par les entreprises, de ces fonctions formatives ; l’attention portée aux apprentissages expérientiels ; l’importance croissante de la transférabilité des compétences. Ces processus obligent les opérateurs de formation à repenser les liens formation/travail et à renouveler leurs méthodes pédagogiques.

 

Marc ROBICHON, Maryse LADOUCEUR

Le dilemme professionnel des ingénieurs de formation : entre visée normative et visée didactique

S’appuyant sur une enquête relative aux pratiques d’analyse du travail en ingénierie de formation au sein de l’AFPA, l’article fait ressortir les principaux dilemmes professionnels que les ingénieurs rencontrent au quotidien. Un dilemme majeur provient d’une mise en tension entre les attendus du ministère chargé de l’Emploi (visée normative de l’analyse) et les besoins pédagogiques des centres de formation qui préparent à ces titres (visée didactique de l’analyse). Le ministère s’intéresse à la standardisation de la certification, mais pas à la définition des moyens à mettre en œuvre pour y accéder, considérant que cette responsabilité pédagogique est du ressort exclusif des organismes et des centres de formation agréés pour un titre donné. Or les ingénieurs qui conçoivent les référentiels d’emploi et de certification sont également en charge de la scénarisation pédagogique des parcours conduisant à ces titres. En quoi ce dilemme peut-il contribuer au développement des compétences des acteurs de l’analyse du travail ? Quelles sont les répercussions à envisager sur l’adaptation des méthodologies et des normes ?

 

Bernard PROT

La conception de formation à l’épreuve de la qualité du travail

Ce texte commence par une discussion relative aux catégories et aux méthodes d’analyse, notamment la série « tâche prescrite, tâche effective, activité ». Il souligne leur actualité au regard des discussions sur les emplois dit « d’exécution ». Il argumente, avec un exemple, le fait que l’utilisation de ces catégories dans des méthodes d’analyse du travail met en évidence les différentes conceptions en présence dans l’activité individuelle des professionnels. Il rappelle l’idée, assez admise désormais, que l’analyse du travail vise moins à identifier, en première instance, des tâches ou des compétences, qu’à favoriser un développement du dialogue entre ces conceptions différentes. Il présente alors brièvement une proposition avancée actuellement dans l’approche de la clinique de l’activité : les référentiels de formations pourraient en partie être fondés sur des dilemmes spécifiques à l’exercice du métier dans un genre professionnel. 

 

Robert OUAKNINE

Coconstruire un référentiel métier ouvert au travail réel

Pour entretenir ses installations de production, une entreprise industrielle disposant de plusieurs établissements a recours à des fournisseurs spécialisés. Malgré de forts engagements contractuels (référencement, appels d’offres, audits…) et l’organisation qualité de chaque prestataire, quelques non-qualités et incidents techniques mineurs inquiètent les responsables de l’entreprise utilisatrice. Des analyses internes ont montré l’origine probable de la plupart de ces événements : les compétences « métier » d’intervenants-prestataires. Il est ici question de l’aide méthodologique apportée à l’entreprise utilisatrice pour coproduire, avec ses prestataires de maintenance, des référentiels métiers comme base de dialogue et de contractualisation.

 

Michel DUWELZ et al.

Analyse du travail et formation à la prévention des risques professionnels

L’analyse de la réalité du travail est incontournable si l’on souhaite que les mesures de prévention soient acceptées, mises en œuvre et efficaces. Vécues trop souvent comme un obstacle au bon déroulement du travail, elles sont en effet souvent considérées comme un frein à l’atteinte des objectifs en termes de performance. Reste à s’accorder sur la définition de l’analyse du travail que donnent les formateurs de prévention, la place qu’ils lui accordent, les méthodes qu’ils mettent en œuvre.

 

Denys DENIS, Maud GONELLA, Elise LEDOUX, Bénédicte CALVET, Marie COMEAU

L’accompagnement au poste de travail des assembleurs du secteur aéronautique : réalités et défis

Dans la filière aéronautique, la formation au travail du personnel de métier – en particulier pour les assembleurs – passe par un accompagnement au poste assuré par un assembleur expérimenté à qui l’on attribue le rôle de formateur. L’observation des interactions montre que les formateurs sont tiraillés entre un rôle de médiateur des apprentissages de leurs nouveaux collègues – non reconnu officiellement par l’entreprise – et leurs tâches usuelles dont ils ne sont par ailleurs pas libérés. Leur priorité est de gérer les problèmes de qualité, de manière à assurer le flot continu de la production. Ces données viennent soutenir la pertinence de la notion de « tension pédagogique au travail » qui caractérise cette dynamique de compromis entre les besoins de formation et les exigences élevées de production et de qualité en aéronautique.

 

Stéphanie GUIBERT, Marie-Christine Watel

Analyser le travail : une ressource pour développer la collaboration en entreprise

Derrière un déficit de développement de compétences se cache plus qu’une question pédagogique (comment transmettre pour faire évoluer les compétences de professionnels ?). Il s’agit parfois d’un problème organisationnel. A travers un projet de formation, réalisé dans le secteur de la confection de la chaussure, l’article montre comment les équipes des départements design et qualité ont trouvé une voie pour améliorer leur performance : développer des situations collaboratives et transmettre leur expérience. La structure conceptuelle de la situation, élaborée par une démarche d’ingénierie de formation, devient une nouvelle référence pour repenser les situations d’apprentissage et de transfert en situation de travail.

 

Sophie DUHAMEL, Marianne CERF, Paul OLRY

Analyser son travail et faire face à des SITUATIONS complexes. Le cas des conseillers agricoles

Cet article vise à montrer l’intérêt, pour des conseillers agricoles, à se former à l’analyse de leur propre travail afin de penser et de repenser la complexité de leurs situations de travail en relation avec l’écologisation des pratiques agricoles. Pour une classe de situation emblématique – le tour de plaine –, les auteurs identifient les apprentissages de cette analyse du travail, fondée sur l’analyse des dimensions agissantes des situations de travail rapportées par les conseillers, au sein d’un collectif de pairs. Par la réalisation d’un suivi longitudinal, l’article met en lumière un développement professionnel des conseillers qui, dans des situations inhabituelles pour eux, osent se fixer de nouveaux buts et faire évoluer leur façon d’opérer. 

 

Anne-Claude HINAULT, Florence OSTY

L’analyse du travail comme modalité de construction d’une posture professionnelle. Le cas des responsables de site dans une association d’insertion

Cet article propose de montrer que l’analyse sociologique du travail constitue une voie de professionnalisation pour équiper les cadres d’une association d’insertion. La sociologie apparaît comme une ressource féconde pour concevoir et animer des espaces de discussion sur le rôle de responsable de site et ses tensions, en le réinscrivant dans un contexte de transformation de l’association. Les effets du dispositif sont à rechercher dans un étayage professionnel par la réflexivité et l’émergence de nouvelles ressources d’action.

 

Aline BRANCHESEIGEOT

Quelles singularités du travail indépendant ? Une approche par compétences

A partir des données d’une enquête internationale encore inutilisées dans cette perspective, l’auteure dresse une vue d’ensemble des compétences mobilisées au travail par les indépendants et les salariés occupant le même type de profession. Il en ressort que les travailleurs indépendants sont a priori plus polyvalents que les travailleurs salariés, et qu’ils ont globalement une fréquence d’utilisation de compétences générales plus soutenue. Ce constat s’explique soit parce que les indépendants ont besoin de mobiliser davantage de compétences générales que les salariés dans le cadre de leur travail du fait de leur statut, soit parce que l’organisation du travail salarié ainsi que les processus de recrutement valorisent moins les profils multicompétents.

 

Iona BOANCADEICU

Analyser le travail pour apprendre à gérer la relation de service

L’acquisition et le développement des compétences relationnelles et émotionnelles sont devenus incontournables avec la montée en puissance du secteur de services. A partir d’une recherche qualitative sur des dispositifs de formation destinés à un public faiblement qualifié, l’article révèle les apprentissages « premiers » réalisés par des stagiaires, en situations de service : la construction d’indices pertinents pour le diagnostic ; l’individualisation de l’offre de service ; la gestion de la coopération avec le client, qui pourraient devenir des ressources pour la formation.

 

Marine PELÉ-PEYCELON, Laurent VEILLARD, Bruno CUVILLIER

L’organisation du tutorat en entreprise : de l’importance des collectifs de travail

L’article montre en quoi l’observation et l’analyse de l’activité et des interactions du maître d’apprentissage permet d’appréhender des fonctionnements schématiques de la fonction tutorale en entreprise, mais aussi des ressources récurrentes au sein des collectifs de travail qui permettent au maître d’apprentissage de construire et d’améliorer sa pratique. Les données recueillies au sein de trois entreprises amènent à considérer une dimension éminemment collective de la fonction tutorale. Cette considération est l’une des pistes à suivre dans le travail de réingénierie des formations de maîtres d’apprentissage. En effet, la dimension collective de la fonction tutorale pose la question du public invité en formation, mais aussi celui des contenus et des outils d’une formation qui peut ensuite être relayée en entreprise.

 

André ZEITLER, Jérôme GUÉRIN, Sabah BENGHANEM, Emmanuelle JACQUET

Analyser l’apprentissage comme un travail

 

 

Michel GALAUP, Catherine PONSLELARDEUX, Pierre LAGARRIGUE

D’une analyse du travail à un learning game pour la formation

Mecagenius® est un learning game qui a pour ambition d’aider à enseigner les concepts-clés de génie mécanique de manière ludique et interactive. Sa conception s’appuie sur la didactique professionnelle pour modéliser des situations de travail d’un conducteur de machine-outil dans l’optique d’accéder aux savoirs issus du contexte professionnel. L’article présente la méthode d’analyse des activités professionnelles utilisée pour définir les compétences à intégrer au sein du learning game.

 

Isabelle HOUOT, Emmanuel TRIBY

Restituer son expérience : une activité formatrice et transformatrice

Cette contribution propose une réflexion issue de la conduite d’une recherche-action accompagnant la mise en œuvre d’une approche par compétences au sein du réseau français des écoles de la deuxième chance. Elle s’appuie notamment sur les retours d’expérience des formateurs à propos de leur accompagnement des jeunes au sortir de stage. Elle interroge les activités de restitution mises en place pour formaliser les expériences de travail en entreprise des publics en insertion professionnelle.

 

Christophe RÉAL, Willy BUCHMANN

Vis(se) ma vis : un process industriel simulé comme ressource pour la formation à l’analyse ergonomique du travail

Cette contribution présente la mise en œuvre d’un dispositif de formation plaçant les apprenants en immersion pratique dans une « entreprise simulée ». Les apprenants y incarnent alternativement des ergonomes ou des opérateurs ; ils doivent mettre en œuvre à tour de rôle les méthodes de l’ergonome pour comprendre et optimiser le processus de fabrication. Les formateurs assurent le cadre de l’exercice en jouant le rôle des différents responsables de l’entreprise fictive, d’une part, et l’appui méthodologique de l’analyse ergonomique du travail, d’autre part. L’objectif de ce dispositif est l’apprentissage à l’analyse ergonomique du travail et à la formalisation d’un diagnostic, socle de la pratique.

 

Solange CIAVALDINICARTAUT, Géraldine SESTILLANGE

Transmission des gestes professionnels et engagement des apprenants

Cette étude porte sur l’enseignement de professeurs de lycée professionnel en charge du CAP en pâtisserie. L’analyse du travail menée documente les stratégies de transmission des gestes professionnels à des jeunes parfois en rupture avec la forme scolaire. Des préconisations sont faites pour une professionnalisation des enseignants vacataires au bénéfice d’un partage d’expériences pédagogiques contributives de « l’accrochage » et de l’engagement des apprenants.

RECHERCHER

un numéro, un thème, un auteur

Nos autres numéros

2023-4
L’espace comme condition de l’expérience

21,50 23,00 

2023-3
Questions en revue : apprentissage, expérience, alternance

21,50 23,00 

2023-1/2
Les métiers de la formation à l’épreuve du travail

29,90 34,00 

2022-4
Formation, coopération, émancipation. Expériences en économie sociale et solidaire

21,50 23,00 

2022-3
La formation aux marges de l’emploi

21,50 23,00 

2022-2
Métiers de la formation : quelle professionnalisation ?

21,50 23,00 

2022-1
Aller sur le terrain

21,50 23,00 

2021-4
Analyse institutionnelle et formation

21,50 23,00 

2021-3
Didactique professionnelle et didactiques des disciplines. Filiations et ruptures

21,50 23,00 

2021-2
L’AFEST : cadrages et débordements

21,50 23,00 

2021-1
Questions en revue : travail, numérique, accompagnement

21,50 23,00 

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

2020 HS
L’apprentissage dans le BTP : l’innovation en mouvement

12,00 

2020-3
Formation et prévention des risques au travail

21,50 23,00 

2020-2
L’introuvable qualité en formation

21,50 23,00 

2020-3
Narration du vécu et savoirs expérientiels

20,00 

2019-4
Former demain. N° double 50e anniversaire

18,00 

2019 HS AFPA
Partir des compétences transversales pour lire autrement le travail

12,00 

2019 HS
L’apprentissage dans le BTP : de l’expertise à l’innovation

12,00 

2019-3
Le numérique : une illusion pédagogique ?

21,50 23,00 

2019-1
Quelle reconnaissance des compétences transversales ?

18,00 

2018-4
Rythmes et temporalités en formation

18,00 

2018 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle : rupture ou continuité ?

12,00 

2018 HS
L’apprentissage dans le BTP : une expertise en action

12,00 

2018-3
Apprendre et se former en situation de travail

18,00 

2018-2
Autoformation et société de l’accélération

15,00 

2018-1
Actualité de l’intervention

15,00 

2017-4
Politiques de l’emploi et formation

15,00 

2017 HS AFPA
Analyses du travail et intentions formatives

12,00 

2017-3
Les dynamiques identitaires à l’épreuve des transitions

15,00 

2017-2
Voyage, mobilité et formation de soi

15,00 

2017-1
Commencements et recommencements

15,00 

2016-4
Transmettre

14,00 

2016 HS AFPA
Évaluer et certifier en formation professionnelle

12,00 

2016-3
Apprendre à évaluer

14,00 

2016-2
Autour de l’apprenance

14,00 

2016-1
Le tutorat. Quelles pratiques pour quels enjeux ?

14,00 

2015-4
Accompagnement, réciprocité et agir collectif

14,00 

2015 HS AFPA
Quelles pratiques pédagogiques dans l’accompagnement des publics peu qualifiés ?

12,00 

2015-3
Conception et activité du formateur

14,00 

2015-2
Penser la pédagogie en formation d’adultes

14,00 

2015-1
Travail et créativité

14,00 

2014-4
Éducation permanente et utopie éducative

10,00 

2014 HS AFPA
Les synergies travail-formation

12,00 

2014-3
S’étonner pour apprendre

14,00 

2014-2
Éducation non formelle

12,00 

2014-1
Formation expérientielle et intelligence en action (Construire l’expérience 3)

12,00 

2013-4
Travail et développement professionnel (Construire l’expérience 2)

12,00 

2013 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle

12,00 

2013-3
Réflexivité et pratique professionnelle (Construire l’expérience 1)

12,00 

2013-2
Apprendre du malade

12,00 

2013-1
La formation et le théâtre

12,00 

2012-4
L’alternance : du discours à l’épreuve

10,00 

2012 HS AFPA
Les transitions professionnelles en questions

12,00 

2012-3
Les 20 ans du bilan de compétences

10,00 

2012-2
Les seniors et la formation

10,00 

2012-1
L’alternance, au-delà du discours

10,00 

2011-4
La médiation sociale

10,00 

2011 HS AFPA
RSE et formation

10,00 

2011-3
Formation et professionnalisation

10,00 

2011-2
L’exigence de responsabilité en formation des adultes

10,00 

2011-1
Rencontres interculturelles et formation

10,00 

2010-4
Développement des territoires et formation (2)

10,00 

2010-3
Développement des territoires et formation (1)

10,00 

2010-2
Former avec les environnements

10,00 

2010-1
Formation et innovation dans les petites entreprises

10,00 

2009-4
La construction des parcours professionnels

10,00 

2009-3
L’éducation permanente, un projet d’avenir (Spécial 40e anniversaire)

10,00 

2009-2
Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ?

10,00 

2009-1
Peut-on former à la fonction d’encadrement ?

10,00 

2008-4
La formation et la recherche

10,00 

2008-3
Peut-on apprendre à anticiper ?

10,00 

2008-2
La question éthique

10,00 

2008-1
Travail et formation. Quelques pratiques en émergence

10,00 

2007-4
L’alternance, pour des apprentissages situés (2)

10,00 

2007-3
L’alternance, pour des apprentissages situés (1)

10,00 

2007-2
Orientation et développement des métiers

10,00 

2007-1
Intervention et savoirs. La pensée au travail

10,00 

2006-4
Pédagogie et numérique. Contradictions ? Convergences ?

8,00 

2006-3
L’autoformation : actualités et perspectives

8,00 

2006-2
Communiquer

8,00 

2006-1
Analyses du travail et formation (2)

8,00 

2005-4
Analyses du travail et formation (1)

8,00 

2005-3
Que sont les formateurs devenus ?

8,00 

2005-2
L’alternance, une alternative éducative ?

8,00 

2005-1
La (re)présentation de soi

8,00 

2004-4
L’analyse des pratiques (2)

8,00 

2004-3
L’analyse des pratiques (1)

8,00 

2004-2
Les acquis de l’expérience (2)

8,00 

2004-1
Les acquis de l’expérience (1)

8,00 

2003-4

Où en est l’ingénierie de formation ?

8,00 

2003-3

Les “inemployables”

8,00 

2003-2

Représentations sociales et formation

8,00 

2003-1

La formation syndicale

8,00 

2002-4

L’accompagnement dans tous ses états

8,00 

2002-3

Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation

8,00 

2002-2

Apprendre des autres

8,00 

2002-1

Trajectoires professionnelles. Reconnaissance de l’expérience

8,00 

2001-4

La formation permanente entre travail et citoyenneté

8,00 

2001-3

Pour une écoformation. Former à et par l’environnement

10,00