Revue internationale de référence en formation des adultes fondée en 1969.

N°183

2010-2
Former avec les environnements

10,00 

Manola ANTONIOLI

Evolutions des conceptions des environnements

L’urgence écologique requiert aujourd’hui un vaste renouvellement conceptuel pour pouvoir orienter efficacement nos choix politiques, économiques et sociaux. A l’approche technocratique des problèmes écologiques, on peut opposer une vision plus authentiquement démocratique, pour laquelle la « défense de la nature » doit être comprise non seulement comme la sauvegarde des environnements naturels, mais également comme la sauvegarde du « monde vécu », qui constitue l’environnement des humains par excellence.

 

Jean-Hugues BARTHÉLÉMY

La formation au-delà du travail : l’individu, le sujet et les nouveaux « milieux associés »

Lorsque l’environnement est compris comme « milieu associé », la question de l’environnement permet de prendre conscience que la véritable formation des individus ne doit pas être pensée à la lumière du concept de « travail », mais bien plutôt comme un processus d’individuation qui dépasse toujours déjà le simple travail, tout comme il dépasse la triste « adaptation » de l’individu à la société. La formation ne prend sens que de faire passer à l’acte ce qui était en puissance, et cette actualisation n’est possible que par la co-individuation d’un sujet et d’un milieu associé, au sens donné à ces concepts par le philosophe Gilbert Simondon.

 

Eliane ROTHIER BAUTZER

Les professions de santé face aux maladies chroniques. Incidences sur les formations

Plusieurs rapports récents ont relevé la nécessité de réformer la formation des professionnels de santé dans le but déclaré de répondre aux nouveaux besoins suscités par le soin des patients chroniques. L’auteure montre comment la sociologie des professions et les courants de l’action située, dans la ligne des recherches interactionnistes, aident à comprendre pourquoi les réformes menées en 2009, basées sur un modèle historiquement daté de l’efficacité (thérapie de l’aigu), fragilisent la capacité des professions à faire face collectivement à la demande de soin actuel.

 

Séverine MÉZEL

La ville-environnement : penser autrement sa régulation et les systèmes de formation

L’environnement particulier que constitue la ville interroge aujourd’hui fortement les pratiques et les dispositifs de formation des acteurs chargés de la mise en œuvre des politiques de développement territorial. Empreintes de rationalité économique, ces politiques ont proposé, depuis le xixe siècle, des modes de développement fragmentaires dont l’issue a souvent été une perte de référents pour les actants de la ville. La mise en perspective des systèmes de formation proposée s’appuie ici au contraire sur une compréhension « humaniste » de la ville, territoire systémique et dynamique. Ce paradigme urbain, défini comme « identité urbaine », suppose alors des interventions sur la ville sous un mode projet que des formations transdisciplinaires en alternance permettraient d’accompagner.

 

Michel ROGER

Éléments pour des environnements de formation

Le passage de l’environnement objet à l’environnement actant ouvre des perspectives dans le domaine de la formation. Mais suffit-il de recourir à l’environnement pour répondre aux enjeux actuels des formations ? S’inspirant des travaux de Simondon et de Latour, l’article propose des orientations pour des environnements où former, c’est prendre forme, et dans lesquels humains et non-humains contribuent à une construction du monde commun.

 

Solveig FERNAGUOUDET

Former dans l’environnement : les formations en alternance

Ce texte met en lumière quelques formes et usages de dispositifs de formation en alternance, et montre combien la nature des environnements d’apprentissage mis en œuvre détermine la qualité de ces apprentissages et les possibilités de professionnalisation qu’elle porte sur les apprenants, les formateurs ou les dispositifs mêmes. Le cadre est celui de formations en alternance dans l’enseignement supérieur. Les témoignages qui jalonnent le texte proviennent d’une recherche dans un établissement rhône-alpin, ayant porté sur l’analyse des pratiques pédagogiques de l’alternance dans vingt-six formations (licences et masters professionnels) des domaines des sciences et techniques et du tertiaire.

 

Guillaume HUMANN

Éducation et formation à l’environnement : à la recherche de solutions pratiques

L’article interroge la relation aux environnements. La formation professionnelle n’a pas réagi, sauf pour s’approprier de nouvelles niches et communiquer. Le champ éducatif héberge le secteur innovant de l’éducation à l’environnement, influencé par des méthodes actives. Les questions posées par la pratique, notamment en extérieur, doivent ouvrir à une approche didactique de l’éducation à l’environnement. Il faut traduire dans la pratique les enjeux fondamentaux de l’apprentissage, notamment en les contextualisant et en redécouvrant l’immersion réfléchie dans la complexité des environnements.

 

Jean-Charles GILCART, Nicolas DUFOURFATISSON

Former à des environnements dynamiques complexes

Les auteurs de cet article sont deux sapeurs-pompiers ayant travaillé au sein d’une école de formation pour adultes. La conception et la conduite des environnements simulés dans les parcours de formation professionnelle sont au centre de leurs réflexions. Leurs recherches s’articulent et se réalisent principalement autour des concepts de l’analyse des situations de travail et des champs de savoirs. Leur démarche considère que la situation de formation peut devenir un véritable objet motivationnel, pour l’apprenant et pour les formateurs.

 

Mehdi FARZAD

La recherche-action collective : valorisation des savoirs d’acteurs

La spécificité de la démarche engagée dans les ateliers coopératifs de recherche-action (acora) tient à l’importance donnée dans la formation par la recherche-action aux environnements et à la situation d’atelier. Celle-ci combine collectif et individu dans un processus de développement pris en main et conscientisé par les acteurs. Trois types de circulations, au sein de l’atelier considéré comme événement collectif, sont présentés : celle qui va de l’action à la recherche ; celle qui concerne la recherche et sa réalisation ; celle qui va de la recherche à l’action.

 

Maryvonne SOREL, Michel ROGER

Formation et environnement : à la recherche de nouvelles alliances

Les alliances dont les différents auteurs de ce dossier ont donné un aperçu témoignent d’une autre manière de penser les environnements et de s’articuler avec eux, que ce soit pour agir en vue de leur développement, pour définir des territoires professionnels ou pour concevoir des situations de formation. Elles actualisent et impliquent des entités et des individus selon des dynamiques complexes et plus vastes que celles rendues visibles par les espaces-temps dévolus au travail et aux apprentissages.

 

Véronique LECLERCQ

La formation linguistique des migrants des années 1960 aux années 1980

La formation en langue française des immigrés a subi de nombreuses évolutions institutionnelles et pédagogiques depuis les années 1960, période d’émergence de ce qui a été appelé à tort « alphabétisation ». L’article porte sur la période allant des années 1960 à la première moitié des années 1980. Une analyse des évolutions de la politique de formation et des formes de l’offre permet de montrer, à travers quatre étapes historiques, comment ce secteur s’est davantage structuré, institutionnalisé et professionnalisé. Les transformations sont situées dans les contextes socio-économiques de chaque période ; elles sont aussi appréhendées en considérant l’implication des différents acteurs qui ont contribué à modifier en vingt ans le paysage de la formation des immigrés.

 

Catherine BRIOT, Michel GRANGEAT

Comprendre le travail collectif des formateurs en soins infirmiers.

Les processus qui sous-tendent l’activité des formateurs en soins infirmiers sont étudiés dans le cadre de leur travail collectif. Après une clarification du contexte de la recherche en trois niveaux d’activité inter-reliés, la question consiste à vérifier si, une fois les conceptualisations des formateurs caractérisées, celles-ci varient sous l’effet d’interactions professionnelles. Une étude empirique à partir de l’activité observée permet d’objectiver l’effet de ces interactions sur le développement professionnel. Cet article présente les premiers résultats de cette méthode.

RECHERCHER

un numéro, un thème, un auteur

Nos autres numéros

2024-1
Se construire par l’expérience et la recherche

23,00 

2023-4
L’espace comme condition de l’expérience

21,50 23,00 

2023-3
Questions en revue : apprentissage, expérience, alternance

21,50 23,00 

2023-1/2
Les métiers de la formation à l’épreuve du travail

29,90 34,00 

2022-4
Formation, coopération, émancipation. Expériences en économie sociale et solidaire

21,50 23,00 

2022-3
La formation aux marges de l’emploi

21,50 23,00 

2022-2
Métiers de la formation : quelle professionnalisation ?

21,50 23,00 

2022-1
Aller sur le terrain

21,50 23,00 

2021-4
Analyse institutionnelle et formation

21,50 23,00 

2021-3
Didactique professionnelle et didactiques des disciplines. Filiations et ruptures

21,50 23,00 

2021-2
L’AFEST : cadrages et débordements

21,50 23,00 

2021-1
Questions en revue : travail, numérique, accompagnement

21,50 23,00 

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

2020 HS
L’apprentissage dans le BTP : l’innovation en mouvement

12,00 

2020-3
Formation et prévention des risques au travail

21,50 23,00