Revue internationale de référence en formation des adultes fondée en 1969.

N° HS 2019 AFPA

2019 HS AFPA
Partir des compétences transversales pour lire autrement le travail

12,00 

Sandrine ABOUBADRA-PAULY, Christine AFRIAT

Les compétences transversales : quels usages sur le marché du travail ?

 Après la publication d’un diagnostic sur les compétences transversales et transférables, en 2017, le Réseau emplois-compétences s’est interrogé sur l’utilisation de ces compétences dans la gestion des ressources humaines, lors d’un séminaire organisé en mai 2018. Les témoignages d’entreprises et d’intermédiaires du marché du travail ont montré la nécessité d’utiliser ces compétences dans les processus RH (recrutements, entretiens professionnels, etc.). Pour les identifier, il est essentiel de les appréhender en situation de travail. De plus, ces compétences obligent à porter un regard différent sur la formation.

 

Catherine RIBOT

À la recherche des compétences relationnelles

Les compétences relationnelles font partie intégrante des compétences attendues par les professionnels, en lien direct avec le développement des activités de service et l’évolution des organisations du travail. Mais que recouvrent réellement ces « nouvelles » compétences, mises en œuvre dans le cadre des relations d’un individu, dans un contexte professionnel, avec les différents acteurs de son environnement (collègues, responsables hiérarchiques, clients, fournisseurs)?? Quelles différences entre ces compétences relationnelles et d’autres notions proches (savoir-être, compétences comportementales, sociales, transversales, qualités personnelles…) ? Un travail de clarification est nécessaire afin d’objectiver ces compétences, en s’appuyant sur les outils de l’analyse du travail.

 

Paul SANTELMANN

Quel usage des compétences transversales ?

Les notions de transversalité et de transférabilité des compétences répondent aux enjeux d’accompagnement des transitions professionnelles. L’ingénierie des compétences concourant aux systèmes de formation et de certification s’adosse de plus en plus au fonctionnement du marché du travail et nécessite un renouvellement des méthodes et des objectifs de l’analyse du travail. Celle-ci doit désormais contribuer à établir et objectiver des passerelles entre les métiers et à nourrir les démarches de GPEC ou de conseil en évolution professionnelle. Mais il faut se garder d’une approche des compétences transversales qui ne serait pas alimentée par l’analyse des activités professionnelles et qui se réduirait à une somme d’attitudes et de comportements ajustés sur les représentations des recruteurs.

 

Stéphane BALAS

La compétence sans le travail ? Enrichir la notion et développer ses usages

L’article interroge la question des compétences transversales et plus largement de la question de la transférabilité. Il s’agit de rappeler les liens qui s’établissent entre compétences et conception de certifications professionnelles, et le rapport entre la nature de cette conception et les usages possibles de ces certifications. Le propos est illustré à partir de deux exemples, le socle CléA et le DESJEPS. Une proposition méthodologique alternative est présentée sur la base de la conception d’un référentiel d’un diplôme universitaire de manager du travail de qualité.

 

Christine PIRET, Myriam COLOT, Séverine ANDRÉ, Aurélie DEMEUSE

Intégrer les savoir-faire comportementaux en formation

Le projet européen Step4-SFC entend développer des outils liés à la sensibilisation, à l’observation, à la formation et à l’évaluation des savoir-faire comportementaux (SFC) en contexte professionnel, afin d’envisager le SFC comme une ressource comportementale à mobiliser au même titre que le savoir-faire et le savoir dans une logique de compétences métier.

 

Naïma MARENGO, Vanessa VIDALLER, Sabrina LABBÉ, Eric ALABI

Transversales et/ou transférables : le regard des médias sur les compétences

S’il est difficile de repérer des distinctions franches entre compétences transférables et compétences transversales dans la littérature scientifique, qu’en est-il dans les médias ? Quelles représentations véhiculent ces derniers ? Une analyse lexicale automatisée d’un corpus de 246 articles de presse montre que les compétences (utilisées le plus souvent au pluriel) s’organisent autour d’univers sémantiques qui distinguent peu les deux termes. L’analyse laisse cependant émerger quelques hypothèses qui permettent d’envisager des dimensions distinctives à proposer aux débats académiques.

 

Catherine GAY, Fanny MONTARELLO, Stéphane BALAS

Compétences transversales et demande des entreprises

L’article porte sur l’analyse de la demande des entreprises en termes de compétences transversales et transférables au travers d’une enquête menée auprès de trois secteurs professionnels : le bâtiment, les industries chimiques et les commerces de gros. Face aux évolutions auxquelles elles sont confrontées, notamment la transition numérique, les entreprises expriment de nouvelles attentes en termes de démarches cognitives, de capacités comportementales et relationnelles.

 

Luc Le CORVEC

Certificat CléA : des chefs d’entreprise s’engagent

Nouvel outil de la formation professionnelle, le certificat CléA est encore peu présent dans les entreprises pour les salariés peu ou pas qualifiés auxquels il s’adresse, et les chefs d’entreprise peuvent jouer un rôle déterminant dans son déploiement. L’article apporte un éclairage sur les raisons qui motivent des responsables d’entreprise à s’engager dans des « projets CléA » pour leurs salariés. Un double focus, sur les compétences du référentiel et sur la certification, signes distinctifs de CléA, constitue la trame de cette réflexion.

 

Chantal MONTAGNE-PRUNIN

La créativité, une compétence transversale dans l’artisanat d’art ?

Compétence transverse des métiers d’art, la créativité est un enjeu économique majeur. A partir d’entretiens avec des artisans, se profile une tendance à la mutualisation et à l’échange de pratiques, ainsi que l’intérêt d’une formalisation d’espaces dédiés au développement de la créativité. Qu’elle soit encouragement à la transgression des usages et des savoirs ou meilleure capacité à penser les problématiques, l’analyse du travail peut s’envisager comme un support adapté.

 

Sylvestre MIGET, José PENDJE

Transversalité et collaboration interprofessionnelle.

Cet article pose les jalons d’une redéfinition des compétences transversales. Qu’entend-on exactement par transversalité ? Celle-ci doit-elle être portée par l’individu ou par l’organisation ? Quelles sont les compétences associées à la transversalité ? Visant à développer la capacité à faire ensemble, à collaborer, ou plus exactement à coélaborer, la transversalité est le principal levier de décloisonnement des organisations. En s’interrogeant sur les lieux privilégiés de l’expression de la transversalité, les auteurs explorent l’impact de la mise en œuvre de compétences véritablement transversales sur les relations interprofessionnelles, au sein d’une même entreprise ou entre diverses organisations.

 

Carole KAHLOUN, Isabelle PAUTRAT

Identifier les compétences pour favoriser les mobilités

L’AFPA a construit un référentiel de compétences transférables, adossé à un système de cotation. Cet article présente une expérimentation menée dans les Hauts-de-France. L’accent est mis sur l’articulation nécessaire entre des compétences transversales contextualisées et des compétences métiers pour accompagner les personnes dans leur mobilité professionnelle. Les enseignements tirés de cette expérimentation montrent que l’instrumentation doit être solide pour soutenir les projets des personnes, mais qu’elle doit s’inscrire dans une démarche réflexive de formalisation des expériences. Une posture de conseil est essentielle pour accompagner les projets d’évolution.

 

Frédérique BROS, Nacira AÏTABDESSELAM, Katell BELLEGARDE

À qui profite la compétence transversale ? Le cas de la compétence réflexive des jeunes en insertion

L’article s’appuie sur une recherche à propos d’un dispositif digitalisé auprès de jeunes adultes faiblement scolarisés/qualifiés en parcours d’insertion socioprofessionnelle. Skillpass se présente comme une solution « innovante » en matière d’accompagnement à la réflexivité, en articulant un serious game d’aide à l’identification des compétences transversales à une démarche collective de transfert, formalisation, valorisation de ces compétences ainsi « révélées » dans l’optique de faciliter les processus d’insertion de ces publics.

 

Carmen CAVACO, Mariachiara PACQUOLA, Isabelle SALVI

La reconnaissance des compétences-clés en Europe (France, Italie et Portugal)

A partir de recherches-actions dans trois pays européens, l’article est consacré plus spécifiquement à l’analyse du processus de reconnaissance de trois compétences-clés, identifiées dans le cadre européen : « apprendre à apprendre ; compétences sociales et civiques ; esprit d’initiative et d’entreprise ». L’analyse souligne l’intérêt d´associer le développement et la reconnaissance des compétences-clés, mais relève aussi la complexité et les défis inhérents à ce type de démarche.

 

Xavier NOËL

Appropriation et reconnaissance de quelques compétences transversales : expérimentations et analyses

Considérées comme déterminantes pour l’insertion et l’évolution professionnelles, les compétences transversales « apprendre à apprendre », « esprit entrepreneurial » et « compétences civiques et sociales » trouvent des conditions favorisant leur production dans les formations en alternance, qui sont des terrains pertinents pour leur évaluation dans le tutorat. Des jeux vidéo peuvent également amener l’apprenant à identifier des compétences transversales. Le CNAM Pays-de-la-Loire présente quelques projets qui éclairent ces questions.

 

Catherine ARNAUD, Viviane FOLCHER, Stéphane BALAS

De l’action située aux compétences transversales et transférables

Il existe un lien indéfectible entre compétence et action située. En dehors de cette situation, la notion même semble disparaître. Comment faire, alors, avec les compétences transférables et transversales, par nature mobiles ? Après être revenu sur des dispositifs mobilisant ces notions, les auteurs retiennent quelques exemples de leur mobilisation dans la rédaction de référentiels. Le risque de perte de sens est majeur : hors de son ancrage dans le travail réel, la compétence reste un instrument artificiel.

 

Marie ALEXANDRE, Ghyslaine DAIGLE, Dominique AMYOT

 L’agir professionnel et le raisonnement de métier

L’article rend compte de travaux menés sur le processus de raisonnement de métier dans trois programmes d’études de la formation professionnelle au Québec. Prenant appui sur le concept de potentiel d’apprentissage des situations de travail, des analyses qualitatives interprétatives ont permis de décrire l’agir professionnel. Les différents paliers décisionnels et opérationnels qui sous-tendent et modulent chaque activité-clé ou chaque action déployée lors de l’exercice d’un métier sont identifiés et étudiés. La formalisation du processus de raisonnement de métier indique la mobilisation de compétences transversales dans diverses activités clés des trois métiers investigués. Dans le but de réduire le décalage entre les compétences acquises en formation et celles requises en milieu de travail, le processus de raisonnement de métier et la triade paramétrique posent un regard neuf sur la pensée de métier.

 

Chiara BIASIN, Hervé BRETON, Mariachiara PACQUOLA

Compétences transverses et savoirs professionnels. Étude de catégorisation dans le secteur artisanal en Italie

A partir de l’examen des résultats de deux recherches-actions, l’article interroge les processus d’hybridation de deux logiques catégoriales pour l’édification des référentiels de compétences : le modèle des compétences technico-professionnelles et celui des compétences transverses. La recherche s’intéresse prioritairement aux procédés de catégorisation de l’activité et aux critères de pertinence de ces catégories dans la structure des référentiels. Par ces travaux, l’article permet d’appréhender les apports et usages du modèle des compétences transverses en contextes professionnels, et tout spécialement dans le monde du travail.

 

Muriel FRISCH, Johanna HENRIONLATCHÉ

Prendre en compte l’influence de la variation sexolectale dans les formations aux métiers du bâtiment

Dans les formations aux métiers du bâtiment, les filles représentent 1,8 % des effectifs au niveau du secondaire. En ancrant leur recherche dans l’analyse des discours des apprenants, les auteures cherchent à savoir comment se manifeste, en interaction et dans des situations professionnelles, cette variation du parler féminin et masculin dans un groupe mixte où les filles sont sous-représentées. La prise en compte de la variation sexolectale permet de questionner les formes des rapports au savoir en cours d’action, selon leur appartenance au genre.

 

RECHERCHER

un numéro, un thème, un auteur

Nos autres numéros

2023-4
L’espace comme condition de l’expérience

21,50 23,00 

2023-3
Questions en revue : apprentissage, expérience, alternance

21,50 23,00 

2023-1/2
Les métiers de la formation à l’épreuve du travail

29,90 34,00 

2022-4
Formation, coopération, émancipation. Expériences en économie sociale et solidaire

21,50 23,00 

2022-3
La formation aux marges de l’emploi

21,50 23,00 

2022-2
Métiers de la formation : quelle professionnalisation ?

21,50 23,00 

2022-1
Aller sur le terrain

21,50 23,00 

2021-4
Analyse institutionnelle et formation

21,50 23,00 

2021-3
Didactique professionnelle et didactiques des disciplines. Filiations et ruptures

21,50 23,00 

2021-2
L’AFEST : cadrages et débordements

21,50 23,00 

2021-1
Questions en revue : travail, numérique, accompagnement

21,50 23,00 

2020-4
Croisement des savoirs et recherches coopératives

21,50 23,00 

2020 HS
L’apprentissage dans le BTP : l’innovation en mouvement

12,00 

2020-3
Formation et prévention des risques au travail

21,50 23,00 

2020-2
L’introuvable qualité en formation

21,50 23,00 

2020-3
Narration du vécu et savoirs expérientiels

20,00 

2019-4
Former demain. N° double 50e anniversaire

18,00 

2019 HS AFPA
Partir des compétences transversales pour lire autrement le travail

12,00 

2019 HS
L’apprentissage dans le BTP : de l’expertise à l’innovation

12,00 

2019-3
Le numérique : une illusion pédagogique ?

21,50 23,00 

2019-1
Quelle reconnaissance des compétences transversales ?

18,00 

2018-4
Rythmes et temporalités en formation

18,00 

2018 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle : rupture ou continuité ?

12,00 

2018 HS
L’apprentissage dans le BTP : une expertise en action

12,00 

2018-3
Apprendre et se former en situation de travail

18,00 

2018-2
Autoformation et société de l’accélération

15,00 

2018-1
Actualité de l’intervention

15,00 

2017-4
Politiques de l’emploi et formation

15,00 

2017 HS AFPA
Analyses du travail et intentions formatives

12,00 

2017-3
Les dynamiques identitaires à l’épreuve des transitions

15,00 

2017-2
Voyage, mobilité et formation de soi

15,00 

2017-1
Commencements et recommencements

15,00 

2016-4
Transmettre

14,00 

2016 HS AFPA
Évaluer et certifier en formation professionnelle

12,00 

2016-3
Apprendre à évaluer

14,00 

2016-2
Autour de l’apprenance

14,00 

2016-1
Le tutorat. Quelles pratiques pour quels enjeux ?

14,00 

2015-4
Accompagnement, réciprocité et agir collectif

14,00 

2015 HS AFPA
Quelles pratiques pédagogiques dans l’accompagnement des publics peu qualifiés ?

12,00 

2015-3
Conception et activité du formateur

14,00 

2015-2
Penser la pédagogie en formation d’adultes

14,00 

2015-1
Travail et créativité

14,00 

2014-4
Éducation permanente et utopie éducative

10,00 

2014 HS AFPA
Les synergies travail-formation

12,00 

2014-3
S’étonner pour apprendre

14,00 

2014-2
Éducation non formelle

12,00 

2014-1
Formation expérientielle et intelligence en action (Construire l’expérience 3)

12,00 

2013-4
Travail et développement professionnel (Construire l’expérience 2)

12,00 

2013 HS AFPA
Le conseil en évolution professionnelle

12,00 

2013-3
Réflexivité et pratique professionnelle (Construire l’expérience 1)

12,00 

2013-2
Apprendre du malade

12,00 

2013-1
La formation et le théâtre

12,00 

2012-4
L’alternance : du discours à l’épreuve

10,00 

2012 HS AFPA
Les transitions professionnelles en questions

12,00 

2012-3
Les 20 ans du bilan de compétences

10,00 

2012-2
Les seniors et la formation

10,00 

2012-1
L’alternance, au-delà du discours

10,00 

2011-4
La médiation sociale

10,00 

2011 HS AFPA
RSE et formation

10,00 

2011-3
Formation et professionnalisation

10,00 

2011-2
L’exigence de responsabilité en formation des adultes

10,00 

2011-1
Rencontres interculturelles et formation

10,00 

2010-4
Développement des territoires et formation (2)

10,00 

2010-3
Développement des territoires et formation (1)

10,00 

2010-2
Former avec les environnements

10,00 

2010-1
Formation et innovation dans les petites entreprises

10,00 

2009-4
La construction des parcours professionnels

10,00 

2009-3
L’éducation permanente, un projet d’avenir (Spécial 40e anniversaire)

10,00 

2009-2
Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ?

10,00 

2009-1
Peut-on former à la fonction d’encadrement ?

10,00 

2008-4
La formation et la recherche

10,00 

2008-3
Peut-on apprendre à anticiper ?

10,00 

2008-2
La question éthique

10,00 

2008-1
Travail et formation. Quelques pratiques en émergence

10,00 

2007-4
L’alternance, pour des apprentissages situés (2)

10,00 

2007-3
L’alternance, pour des apprentissages situés (1)

10,00 

2007-2
Orientation et développement des métiers

10,00 

2007-1
Intervention et savoirs. La pensée au travail

10,00 

2006-4
Pédagogie et numérique. Contradictions ? Convergences ?

8,00 

2006-3
L’autoformation : actualités et perspectives

8,00 

2006-2
Communiquer

8,00 

2006-1
Analyses du travail et formation (2)

8,00 

2005-4
Analyses du travail et formation (1)

8,00 

2005-3
Que sont les formateurs devenus ?

8,00 

2005-2
L’alternance, une alternative éducative ?

8,00 

2005-1
La (re)présentation de soi

8,00 

2004-4
L’analyse des pratiques (2)

8,00 

2004-3
L’analyse des pratiques (1)

8,00 

2004-2
Les acquis de l’expérience (2)

8,00 

2004-1
Les acquis de l’expérience (1)

8,00 

2003-4

Où en est l’ingénierie de formation ?

8,00 

2003-3

Les “inemployables”

8,00 

2003-2

Représentations sociales et formation

8,00 

2003-1

La formation syndicale

8,00 

2002-4

L’accompagnement dans tous ses états

8,00 

2002-3

Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation

8,00 

2002-2

Apprendre des autres

8,00 

2002-1

Trajectoires professionnelles. Reconnaissance de l’expérience

8,00 

2001-4

La formation permanente entre travail et citoyenneté

8,00 

2001-3

Pour une écoformation. Former à et par l’environnement

10,00